Carnet de voyage flashback – Janvier 2011.

Avant ce fameux week-end de janvier, je n’avais jamais mis les pieds en Irlande. L’occasion donc de découvrir Dublin et de prendre le pouls du pays, pour peut-être y revenir plus tard… Je suis donc partie avec trois comparses, qui ont été des partenaires de voyage au top ! Nous formions une fine équipe tous les quatre !

Trinity College

Trinity College

Départ à 18h30 de Londres, en car comme d’habitude avec 12 heures de trajet devant nous… Le voyage s’est bien passé, jusqu’au réveil peu délicat à trois heures du matin pour descendre du bus avec toutes nos affaires et montrer nos cartes d’identité à la douane. 5 minutes chrono, un contrôle pour les formes, semble-t-il. 10 minutes plus tard, on redescend à nouveau du bus et on monte dans le ferry. C’est donc parti pour un voyage de trois heures et demi, à moitié somnolents, à moitié en train de suivre un des pires films de tous les temps, Knight and Day. On est finalement arrivé à 6h30, comme prévu, un peu dans le pâté. Hop hop hop, direction l’auberge de jeunesse à 5 minutes de là pour poser nos bagages et comater un peu sur les canapés… Le personnel a sans doute eu un peu pitié de nous (ou alors en a eu marre de nous voir squatter l’accueil) et nous a offert le petit déjeuner gratuit!!! Cette fois-ci, c’est plus un bâillement contre un petit déjeuner gratos, qu’un sourire pour un billet gratuit

Château de Dublin

Château de Dublin

Requinqués par un bon petit déjeuner, nous voilà donc partis à l’assaut de la ville… sous la pluie et une grisaille déprimante. On ne peut pas dire que cela rende la ville très belle. Mais ce n’est pas la pluie qui va nous abattre et on arpente donc la ville de long en large, du mythique Trinity College, en passant par le château, diverses églises et la Beasty Library, une collection privée de manuscrits anciens remarquables. Le château est un ensemble très hétéroclite qui vaut le détour, rien que pour ses façades multicolores. Après ça, nous voilà parti pour trouver de quoi « luncher »… Mais mais, y’a rien d’ouvert? Mais mais on est samedi à 13h? Qu’est-ce qu’il se passe? Ils sont où au fait les Dublinois? Ben oui les rues sont vides… ce n’est pas la pluie qui leur fait peur tout de même? Après un plat de noodles douteuses, nous voilà repartis pour les cathédrales, les berges du Canal Royal et Saint-Stephen Park, le parc le plus connu : petit et désert, mais mignon. Avant de retourner nous poser à l’auberge, on passe au centre-ville: il est 17h et il y a foule. Enfin, du monde ! Voilà donc où ils se cachaient tous !

Au pubDans notre dortoir, on rencontre Cameron, un australien qui fait le tour d’Europe. Seul, on l’embarque avec nous pour notre soirée de folie dublinoise. Temple bar d’abord où l’on goûte notre première vraie Guinness irlandaise (miam!) et on l’où entonne quelques chansons irlandaises. Il y a de l’ambiance et l’on côtoie enfin les Dublinois. Après, ça on rejoint deux amis irlandais à Cameron, Jack et Cathal dans un pub-brasserie. On finira cette soirée dans une boîte très sympathique, décorée comme l’intérieur d’une maison. Sur le chemin du retour, à une heure tardive, nous faisons une pause dans un fast food irlandais un peu doûteux, Supermac’s. Une soirée dublinoise en bonne et due forme! Si les Dublinois n’ont pas l’air de beaucoup sortir la journée (de ce qu’on a vu), ils savent faire la fête et sont super relax et très forts sympathiques!

Le lendemain, le réveil fut difficile pour certains d’entre nous. Heureusement, il fait un soleil radieux et l’on en profite pour se balader jusqu’au port, admirer le Samuel Beckett Bridge et longer le canal jusqu’à Phoenix park, un des plus grands parcs au monde. On a dû en visiter 1/10e à peine et pourtant qu’est-ce qu’on a marché! Nous terminerons le week-end par la visite du Musée d’art décoratifs et d’histoire. Plus personne n’était vraiment en état d’apprécier et après quelques achats de souvenirs et une pizza, nous voilà repartis épuisés pour le bus et le ferry!

Samuel Beckett Bridge

Samuel Beckett Bridge

Le retour sera folklorique. A nouveau, nous avons la “chance” de voir Knight and Day! Puis, dans le bus, il y avait vraiment une sacrée galerie de personnages… un papy et son harem, une famille très bruyante, un homme chantant et récitant des incantations toute la nuit, et surtout un chauffeur de bus qui a réussi à se perdre pendant une heure! Sans compter les embouteillages, autant vous dire que nous n’étions pas à l’heure lundi matin au travail!

Dublin est une ville charmante, un peu petite à mon goût, mais les rivières et les parcs la rendent très agréables. N’hésitez pas à vous y rendre pour y faire la fête et faire la rencontre de charmants irlandais !

Article sponsorisé.

Opt In Image
Abonne-toi à la Newsletter
Ne manque jamais les nouveaux articles et les actualités du blog