Au cours de ce voyage, j’ai vu un nombre incroyable de glaciers. On en viendrait presque à croire que le thème de ce tour du monde est « Le tour du monde de glaciers »… Ce n’est pas du tout le cas, mais les glaciers sont fascinants et tous très différents. Les glaciers islandais aperçus de loin ou de très près, les glaciers argentins et chiliens et leurs formes rocambolesques, les grandioses glaciers d’Antarctique… Je ne pouvais donc pas passer à côté de la visite des glaciers de Nouvelle-Zélande. Cependant, j’ai décidé d’être un peu plus active cette fois-ci! En raison du prix et de mon manque d’organisation, j’étais passée à côté de la randonnée sur le glacier Perito Moreno à El Calafate, mais je ne voulais pas rater le coche cette fois-ci et c’est à Franz Josef que j’ai décidé de tenter l’aventure.

Randonnée sur le glacier Franz Josef

Randonnée dans la forêt tropicale

Franz Josef est une petite ville sur la côte est de la Nouvelle-Zélande qui vit principalement du tourisme de son glacier. Il y a également quelques randonnées à faire dan le coin. Je me suis lancée dans une balade de deux heures dans la forêt tropicale pour aller voir une cascade et suis rentrée complètement trempée. On ne peut pas dire que la météo soit très stable dans la région.

Le Glacier Franz Josef

Heureusement, le jour de mon excursion sur le glacier, le temps était au beau fixe. Pas de pluie, pas de vent, nous pourrions partir en excursion. Le glacier Franz Josef fait 12km de long et s’étend jusqu’à environ 19km de la mer de Tasman, ce qui le rend absolument unique. Ce n’est en effet pas souvent que vous pourrez côtoyer des paysages de forêts tropicales et de glaciers simultanément. Le glacier a toujours fonctionné en phases d’avancées et de retraits, mais depuis 2008, le glacier recule de manière vertigineuse, en raison du changement climatique. Si son retrait continue à ce rythme, le glacier aura disparu dans 30 ans.

Un glacier un peu surprenantIl y a également eu récemment plusieurs éboulements qui ont rendu le glacier difficilement accessible. On ne peut maintenant accéder au glacier qu’en hélicoptère, alors que les touristes s’y rendaient à pied auparavant. Le glacier vu du village et de près est sans aucun doute moins impressionnant que d’autres glaciers que j’ai pu rencontrer auparavant, mais la marche sur glacier est une aventure unique, que je recommande à tous, où que vous soyez dans le monde.

Voyage bonus en hélicoptèreCe matin-là, je me rends donc au point de rendez-vous. Nous sommes un petit groupe à partir et nous nous arnachons tranquillement. On vous fourni les chaussures, les crampons, un manteau d’hiver, un pantalon imperméable, un bonnet, des gants et un petit sac pour mettre vos effets personnels. Le look n’a rien de sexy, mais au moins, vous n’aurez pas froid et le sac est très pratique pour emporter de l’eau, un snack et votre appareil-photo. Rien ne sert d’emmener plus, car vous ne serez sur la glace que pendant trois heures.

C'est parti mon kikiAprès avoir fait connaissance avec mon groupe, nous embarquons dans l’hélicoptère. Je ne suis jamais montée dans une de ces machines et je suis toute excitée. Le vol dure à peine cinq minutes, mais quelle manière spectaculaire d’accéder à un glacier. Le vol est très confortable, mais sans doute terrifiant pour ceux qui ont peur de la hauteur. Le pilote est très doué, mais les virages sont courts et nous passons au plus près des montagnes, avant de nous poser en douceur au pied du glacier.

Marche sur glacier

Glacier

Nos premiers pas sur la glace sans les crampons sont patauds et je ne peux m’empêcher de sourire en repensant à la démarche des manchots d’Antarctique et ma propre élégante démarche sur le septième continent. Je patine gentiment jusqu’à notre guide qui nous explique enfin comment mettre nos crampons. Ouf, une fois les lacets faits, plus de dérapage. Ce n’est pas la chose la plus facile du monde et il faut s’habituer à marcher avec les crampons, surtout en montée et en descente, mais au moins, plus de glissade à l’improviste. Nous commençons notre montée sur le glacier sur des chemins tracés à l’avance par les guides. Les chemins changent tous les jours en fonction de la glace. Nous progressons très lentement. Non pas que la montée soit si difficile que cela, même si pour la peu sportive que je suis, je respire fort, mais parce que les deux Indiens du groupe sont en panique totale. Ils ont peur et n’osent pas avancer avec les crampons. Ils s’obstinent quelque temps, mais renoncent finalement et font demi-tour. La guide nous explique que cela arrive fréquemment, que certains ne descendent même pas de l’hélicoptère. Étrange, cela ne me semble pas si difficile que cela… A croire qu’être née en Europe m’a habituée à ce type de surface.

Le glacierNous reprenons donc un rythme de croisière, même si nous sommes le dernier groupe sur la glace (tant mieux, nous serons plus tranquilles!). Nous avançons tranquillement, tout en observant le glacier qui nous entoure. Il n’y a pas à dire, voir un glacier de loin et être dessus, c’est une toute autre expérience. On peut voir les crevasses, passer dans des petits souterrains, toucher la glace, la goûter, la sentir vivre sous nos gants et nos crampons. Certaines ravines m’effraient un peu et je m’en tiens éloignée, faisant bien attention de mettre les pieds dans les traces de pas de la guide. Cela a beau être une activité touristique fréquente, les glaciers sont dangereux et mieux vaut faire attention où l’on met les pieds. Cela ne semble pas inquiéter un jeune homme chinois qui gambade un peu trop librement. Notre guide Kat est Canadienne et passionnée par son travail. Elle nous transmet son enthousiasme, sa passion et son savoir sur le glacier, tout en maniant le pic à glace avec brio. Elle travaille la glace pour nous permettre d’avancer plus facilement et certaines descentes se font à l’aide de cordes. Avec ma maladresse habituelle, je manque de tomber à plat ventre dans une descente, mais me rattrape « adroitement » en courant droit devant et en faisant bien rire mes camarades.

Glacier GlacierGlacierTrois heures plus tard, après avoir crapahuté dans tous les sens sur le glacier, il est temps de redescendre sur terre. C’est un peu à reculons que je remonte dans l’hélicoptère. Trois heures, c’était fatiguant, mais bien trop court! Nous rendons notre équipement et je me rends directement aux sources chaudes, les Glacier Hot Pools, puisque j’ai eu un ticket gratuit avec l’achat de l’excursion. C’est petit, il y a du monde et pas si extraordinaire que cela, mais cela fait du bien à mes muscles endoloris. Je resterai quelques heures à tremper là, en rêvassant aux bleus et blancs du glacier et en espérant pouvoir recommencer un jour.

Glacier Glacier

Informations pratiques

Vous trouvez les informations et les prix sur cette marche sur glacier sur ce site. Pensez à réserver votre place à l’avance et à prévoir quelques jours de battements en cas de mauvais temps. Si c’était à refaire, je choisirai sûrement de le faire à Fox Glacier: la randonnée est moins chère, dure toute une journée, mais n’a pas de vols en hélicoptère.

Pour les informations sur les sources chaudes, c’est par ici.

Pour dormir, le bon plan qui s’adapte à tous les budgets (oui, oui!), c’est la Rainforest Retreat, qui fait auberge, motel, camping, cabane dans les arbres, luxe, etc.

Franz Josef est un arrêt normal des compagnies de bus et vous pouvez vous y rendre avec Intercity depuis Greymouth, Fox, Wanaka ou Queenstown.

Opt In Image
Abonne-toi à la Newsletter
Ne manque jamais les nouveaux articles et les actualités du blog