Ce qui fait la force de la Colombie, c’est sa diversité. La diversité de ses habitants, de cultures, de la faune et la flore et de ses paysages. En un voyage en Colombie, vous pouvez combiner un trek dans la jungle, une sortie à la montagne, une journée dans le désert, des visites culturelles et un week-end plage. La Colombie a également la chance d’avoir deux côtes, l’Océan Pacifique et la Mer des Antilles.

Plage, Santa-Marta, Colombie

La plage du centre-ville de Santa-Marta

Découvrir la ville de Santa Marta sur la côte Caraïbe

Je n’ai jamais été une grande fan de plage, mais je voulais tout de même aller découvrir la Côte Caraïbe. Mon premier arrêt serait donc Santa Marta, la plus facilement accessible depuis Barrancabermeja. J’étais accompagnée de Pili, ma copine colombienne, qui pouvait prendre quelques jours de congés et venir à la plage avec moi. Une nuit de bus directement après le match de foot et nous arrivions à la station de bus, vraiment peu fraîches. La station de bus est éloignée du centre-ville et nous prenons donc un taxi. Comme je suis accompagnée d’une locale, je la laisse faire et je la suis. C’est marrant parce qu’elle fait des choses que je ne ferais pas sans elle, vu que l’on me l’a déconseillé en Colombie: faire la liaison Barrancabermeja-Santa Marta en bus de nuit par exemple, ou héler n’importe quel taxi dans la rue.

Santa Marta, Colombie

Santa Marta n’a pas forcément une bonne réputation auprès des voyageurs, qui s’y arrêtent juste le temps de changer de bus pour une autre destination sur la côte ou pour planifier leurs treks de la Cité Perdue. Les circonstances ont fait que j’ai passé pas mal de temps à Santa Marta et que j’ai finalement beaucoup apprécié cette ville. C’est une grande ville colombienne typique: il y a beaucoup de bruit, le chaos est constant surtout dans la rue et au marché, mais pour moi cela est atténué par la mer et l’ambiance des Caraïbes. La vieille ville, bien que petite, est très mignonne et regorge de petites ruelles, boulangeries, cafés et restaurants à découvrir. Le marché est chaotique, mais fascinant. La plage du centre-ville n’est pas forcément très agréable, mais marcher sur le front de mer au coucher du soleil est enchanteur, surtout si quelque part de la musique résonne.

Santa Marta, Colombie

Pour aller découvrir une autre plage, nous avons pris un collectivo direction la plage El Rodadero, qui s’avère être une plage bordée d’hôtels chics pour les Colombiens. Heureusement, ce n’était pas notre destination finale et nous prenons un petit bateau pour une baie isolée, la Playa Blanca. Le sable est scintillant, l’eau est chaude et il n’y a presque personne vers 10h du matin. Plus le soleil monte, plus la chaleur devient insupportable, de même que les touristes et les vendeurs. Je crois que l’on ne m’aura jamais demandé autant de fois si je voulais acheter un chapeau, une bière ou du poisson qui n’avait pas l’air très frais. Cela devenait énervant et je crois que j’étais aussi en train d’attraper une insolation. Alors, après une limonade rafraîchissante, nous avons plié bagages et sommes retournées à El Rodadero, où nous avons savouré un délicieux déjeuner de poisson pour à peine 2 euros. Le week-end avec Pili est passé très vite entre nos sorties plages, balade et ceviche. Il était temps de se dire au revoir. J’étais très triste car Pili m’avait accompagnée depuis la Floride en quelque sorte. C’était aussi le début de mon aventure colombienne en solo. J’étais stressée, mais heureuse et prête à commencer véritablement le voyage.

Santa Marta, Colombie

Santa Marta, Colombie

Avec Pili

Santa Marta, Colombie

Malheureusement, ce commencement ne fût pas des plus réussis, vu que je tombais malade. Je suis restée clouée au lit trois jours dans une auberge vraiment pas terrible. La chaleur, le ceviche, le poisson, trop de jus de fruits, va savoir quelle était la cause de mes premiers vomissements en tour du monde… Trois jours plus tard, je peux enfin partir et décide de tester une autre expérience plage, mais cette fois-ci, loin des touristes. Mon choix s’est porté sur Palomino.

Palomino, une plage paradisiaque sur la côte Caraïbe en Colombie

Palomino se trouve à 70 km à l’Est de Santa Marta et est accessible en collectivo en deux heures environ. Palomino, c’est une petite ville très tranquille tout près de la plage et du Rio Palomino, que certains descendent en tubing. Palomino c’est des kilomètres de plage de sable blanc, des hôtels-bungalows sur la plage et pas grand chose d’autre. J’y étais hors-saison, ce qui a rendu l’endroit encore plus calme. Il n’y a pas grand chose à y faire, à part marcher des heures sur les kilomètres de sable blanc, regarder les hérons, pélicans et corbeaux passer, lire un livre et admirer le lever et le coucher du soleil.  L’événement de la journée est d’aller au centre-ville et d’acheter des fruits et des snacks pour tenir une journée de plus.

Palomino, Colombie

Palomino, Colombie

Palomino, Colombie

Palomino, c’était exactement ce que je cherchais: un petit coin de paradis pour me reposer et lire, loin des hordes de touristes. Je ne garantis pas que cela reste toujours ainsi, mais pour l’instant Palomino est belle et paisible. Le seul hic, c’est que je n’ai pas pu me baigner car le courant était bien trop fort.

Palomino, Colombie

Palomino, Colombie

Après Palomino, je retourne à Santa Marta le temps d’une courte nuit. A 3h du matin, une voiture vient me chercher pour m’emmener vers de nouvelles aventures colombiennes…

Santa-Marta, Colombie

La suite de ma découverte de la Côte Caraïbe en Colombie s’est faite à Carthagène des Indes, une ville qui m’a beaucoup déçue, mais où les plages sont aussi très agréables!

Informations pratiques pour visiter la côte Caraïbe en Colombie

Si vous souhaitez organiser votre séjour en Colombie, n’hésitez pas à contacter cette agence.

A Santa Marta, j’ai d’abord dormi à La Brisa Loca, une auberge centrale et très orientée fiesta. C’est pas cher, c’est dans de chouettes locaux et c’est bien pour rencontrer du monde, mais il y fait très chaud, c’est bruyant et le staff n’est pas très sympa. Je me souviens que lorsque j’étais malade, la seule chose qu’ils essayaient de faire était de me faire acheter de l’alcool et étaient très désagréables lorsque je commandais un coca. En revenant à Santa Marta, j’ai dormi au Masaya Hostel. C’était tout neuf: les locaux sont très beaux, les chambres agréables, il y a deux petites piscines, une terrasse sur le toit avec vue sur la ville, une équipe adorable et des activités régulières et gratuites. C’est définitivement ma recommandation à Santa Marta.

A Palomino, j’ai dormi au Dreamer. L’équipe est sympa et les dortoirs sont très biens, mais la piscine était hors d’usage. La nourriture et les boissons sont un peu chères sur place. L’auberge est juste sur la plage donc l’endroit est parfait.

Pour me rendre à Palomino, j’ai pris un collectivo juste derrière le marché pour 7000CP. Même si vous ne parlez pas espagnol, les chauffeurs vous trouveront et saurons vous amener à bon port. Demandez à descendre à la station d’essence à Palomino. De là, des jeunes voudront vous emmener en scooter ou vous pouvez marcher jusqu’à la plage. Il y a pas mal de militaires sur la route vers Palomino, mais Palomino est désormais une ville très sûre.

Article sponsorisé

Opt In Image
Abonne-toi à la Newsletter
Ne manque jamais les nouveaux articles et les actualités du blog