Le voyage, une passion dévorante

Mon père fait le tri à la maison et vient de retrouver un dossier-souvenirs faits de photos, dessins et coupures de journaux. En me replongeant dedans, j’ai pu redécouvrir la jeune fille que j’étais avant. Avant qu’une seule passion ne m’obsède: le voyage.Souvenirs et passion

J’ai toujours été très active et toujours intéressée par mille choses. Pourtant certaines choses semblaient plus ou moins attirer mon attention. J’ai fait plusieurs années de danse moderne et classique, j’ai été gardienne de but dans une équipe de football, j’ai participé à un club d’aquarelle, fait du badminton et du ping-pong, chanté brièvement dans une chorale, fait partie d’un club histoire, fait du théâtre, fait des concours sports pour les jeunes, etc. Mais tout cela n’était que passager. J’ai passé la majeure partie de mon enfance à lire, en participant même à des jurys. Peut-être savez-vous qu’Harry Potter a eu le prix Tam-Tam en 1998? J’ai fait partie de la centaine d’enfants en charge de ce choix. Je me souviens aussi d’un été, où je passais toutes mes heures éveillées à lire du Zola et qu’il était si difficile de me détacher de mon livre. J’étais passionnée par les classiques, l’égyptologie, le Titanic, Louis XIV, la Seconde Guerre mondiale et les journaux de guerre.

Forcément, la lecture a mené à l’écriture. Je faisais partie du journal de mon collège et écrivait régulièrement des nouvelles, en participant et remportant des concours. Je rêvais d’être écrivain ou journaliste… qui aurait cru que je serais blogueuse!

Et puis, il y a eu mon autre grande passion le karaté. J’ai passé des années à m’entraîner dans toute la France et mes parents ont passé des heures au volant à m’emmener à des stages, compétitions ou entraînements. J’ai eu ma ceinture noire à 17 ans et je pensais devenir prof dans mes loisirs et y consacrer une bonne partie de ma vie. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Du karaté est venue ma passion pour le Japon et la langue et la culture japonaise. J’ai commencé le japonais à 14 ans et malheureusement j’ai énormément perdu depuis. Mettre les pieds au Japon pour la première fois l’année dernière était un rêve éveillé.

Et puis, j’ai commencé les études, j’ai eu beaucoup moins le temps, mais je me suis trouvée une nouvelle passion pour l’actualité et la politique. Je faisais toujours du karaté, je lisais beaucoup, j’écrivais un peu, je passais beaucoup de temps au cinéma et je rêvais de voyages. Je suis partie voyager seule pour la première fois à 19 ans. Depuis, tout a basculé et ma passion numéro 1 était désormais le voyage, le reste apparaissant seulement si j’avais un peu de temps.

C’est fou quand on y pense, à quel point une passion découverte sur le tard peut vous dévorer tout entier et vous prendre tout votre temps. Aujourd’hui, si j’en ai l’occasion, je préfère randonner à la découverte de nouveaux lieux plutôt que de faire du karaté; je préfère lire des guides de voyages et voir des films de voyages inspirants que de la fiction; je n’écris plus que sur le voyage… Je vis voyage, je travaille voyage, je respire voyage.

La petite fille plongée dans ses livres et ses manuscrits, s’échappant seulement pour faire du karaté me paraît si lointaine, comme une inconnue, comme un souvenir presque effacé… Pourtan, ce sont ces rêves et ces aventures trouvés dans les livres et les confins de mon imagination qui m’ont fait croire en la possibilité d’une vie de voyage et de rêves. C’est aussi mon entraînement en karaté qui m’a donné la force de vivre ce rêve et m’a fait devenir si sociable, ouverte et curieuse. Est-ce que mes passions passées n’étaient que le tremplin vers cette nouvelle vie, cette nouvelle passion?

Le voyage est une passion dévorante, un amour d’une vie, un amant fidèle et réconfortant. Serais-je un jour fatiguée de voyager, de parler voyages, de ne penser qu’à voyager? Peut-être. Peut-être que cette passion me dévorera toute entière, m’épuisera et me laissera pantelante sur le bord de la route. En attendant, je vis cet amour à plein temps et je souris.

J’essaye tout de même de petit à petit de lui faire des infidélités et de réintroduire mes autres passions: l’écriture, ce n’est pas trop difficile, vu que c’est mon métier, mais je dois encore me remettre à la fiction; le cinéma et la lecture, c’est assez facile dans les transports ou avant d’aller se coucher; les langues, puisque je me suis inscrite à un cours d’espagnol en ligne… Pour le karaté, ce n’est pas possible actuellement, pour des raisons financières, mais aussi parce que c’est une passion aussi dévorante que le voyage et que je n’ai pas le temps ou l’énergie nécessaire à lui consacrer. Cela me rend profondément triste, mais je n’ai qu’une vie et je dois faire des choix.

Et je choisis le voyage…

Et vous, votre passion du voyage vous dévore-t-elle au quotidien?

Opt In Image
Abonne-toi à la Newsletter
Ne manque jamais les nouveaux articles et les actualités du blog