« Je viens de faire le tour du monde » « Et alors, c’était bien? »

Faire le tour du monde: bilan

Forcément, c’est la question que l’on m’a le plus posée depuis que je suis rentrée où dès que je mentionne ce voyage. Cette question et aussi, « Tu n’as pas eu peur? » « Il ne t’est rien arrivé? » Non, je n’ai globalement pas eu peur, il ne m’est rien arrivé (touchons du bois) et oui, c’était bien. Difficile de résumer un tel voyage en quelques mots ou même en quelques secondes. Globalement, personne n’a envie de m’entendre parler voyage ou tour du monde autour de moi, alors c’est vers vous, mes chers lecteurs et lectrices, que je me tourne pour en faire un petit bilan. Huit mois après le retour, presque deux ans après mon départ, il était temps de revenir sur ce voyage, de réfléchir, pour vous, mais aussi pour moi-même.

Faire le tour du monde… une évidence

En Indonésie avec Sarah, bilan tour du monde

Plusieurs années avant le départ, je savais que je voulais faire le tour du monde, suivre les pas de quelques blogueuses que je suivais et vivre moi aussi une aventure unique. Entre temps, un tour du monde est devenu quelque chose de plus banal, de presque redondant, mais ce voyage je le faisais pour moi avant tout. Je ne voulais pas faire le tour de l’Asie à vélo (quoique maintenant, pourquoi pas?), ou construire un projet (plus ou moins intéressant) pour le faire financer sur Internet ou faire un voyage dans un but humanitaire.

Non, je voulais faire le tour du monde, vivre ce rêve égoïste d’adolescente, découvrir enfin le monde et vivre ce voyage à fond, rien que pour moi, pendant un an ou plus. Malgré mes différentes expatriations, j’avais finalement assez peu voyagé et je ne voulais pas choisir. Je voulais suivre mes envies du moment et voyager au gré des rencontres et des opportunités. Et c’est ce que j’ai fait. Après avoir économisé plusieurs années, je suis partie avec un petit pécule en tour du monde, pour vivre mon rêve. J’ai pris mon sac à dos et j’ai commencé l’aventure en Islande. Le rêve devenait réalité…

Et si c’était à refaire… ?

Bilan tour du monde, Australie

Et bien je ne changerais rien. Je suis pourtant quelqu’un qui regrette souvent de ne pas avoir fait-ci ou ça, mais il semblerait bien que ce voyage m’ait changée, de bien des manières. Si c’était à refaire, je ne changerais rien. Chaque moment, chaque aventure, chaque doute, chaque mésaventure, chaque pays, chaque choix… ils font tous partie de moi et ont fait de ce voyage quelque chose d’extraordinaire et d’unique, quelque chose de personnel, mon propre petit trésor.

Bien sûr, il y a toujours les « et si j’avais eu plus de temps? », « et si j’avais eu plus d’argent? », « et si la vie n’avait pas été aussi impardonnable pour ma famille? », mais je ne suis plus quelqu’un qui regrette ou qui regarde en arrière. Je vais de l’avant, car il n’y a qu’un chemin de toute façon et que rien ne sert de vouloir aller à contre-courant.

Je ne regrette pas mes choix d’équipement, le choix de partir sans billet d’avion, le choix d’avoir pris mon temps ou d’accélérer parfois, ni d’avoir fait quelques détours incongrus (principalement par les Etats-Unis), le choix de telle ou telle destination ou de telle ou telle activité dans un pays, le choix d’avoir repris la route, le choix d’être rentrée au moment où je l’ai fait, le choix de mon mode de voyage, d’avoir emmené un jean, les pays visités, d’avoir cassé ma tirelire pour l’Antarctique, etc. Je me suis écoutée tout au long de ce voyage, malgré ce que les gens ont pu dire et c’est pour cela que ce voyage s’est bien passé et a été la réussite qu’il est.

Un voyage tout simplement extraordinaire

Un tour du monde extraordinaire, bilan

Si vous avez envie de faire un tour du monde, si vous sentez quelque chose au fond de vous qui vous pousse à réaliser ce rêve, n’hésitez pas, foncez tête baissée, faites tout pour que vos rêves se concrétisent. Vous ne le regretterez pas.

Il fût un temps où la plus belle année de ma vie était mon année d’études en Suède. Elle a été largement supplantée, malgré les difficultés et les déchirements de cette année de tour du monde. Il est bien compliqué de mettre des mots sur 15 mois de vie aussi intenses et chargés d’émotions. Chaque jour était une nouvelle découverte, un nouveau défi, une nouvelle joie, une nouvelle rencontre. J’ai adoré pouvoir faire ce que je souhaitais, sans contrainte, pendant 15 mois. Grâce à mes économies, je n’avais pas besoin de travailler. Parce que je voyageais seule, j’ai fait ce que souhaitais pendant ce tour du monde. Ne rien faire de la journée, visiter un monument, tester une nouvelle activité, sortir avec des amis, rester seule, changer de pays, prendre un bus… en tour du monde, on a vraiment la sensation que le monde est à portée de main et que tout est possible.

Une chose qui m’a beaucoup plu en tour du monde est le mouvement constant. J’ai toujours eu la bougeotte et ce type de voyage me permettait de ne pas ressentir l’ennui, de sauter dans un train vers une nouvelle destination ou de changer de pays le lendemain, si j’en avais envie. Je me souviens le plaisir que je ressentais à l’approche d’un nouveau pays (malgré la tristesse de quitter une chouette destination), en prenant un avion ou en traversant une frontière. En face se trouvait l’inconnu et tout un champ de possibilités et de rencontres. L’excitation était toujours à son comble. Il sera difficile d’avoir à nouveau une telle liberté, puisque je travaille désormais sur la route, que je dois ralentir le rythme et travailler, mais je suis heureuse d’avoir pu vivre cela au moins une fois.

J’ai été libre et indépendante, j’ai été heureuse à un point qu’on peut difficilement imaginer, j’ai été enfin satisfaite de ma vie. Sur la route. J’ai pu réfléchir à moi-même, à ma vie et à mes futurs projets, j’ai pu me recentrer sur moi-même et en apprendre beaucoup. J’ai pu tout simplement réfléchir à la vie, quelque chose que je n’avais pas pris le temps de faire depuis l’adolescence, quelque chose qui tenait à cœur à l’amoureuse de philosophie que je suis. J’ai grandi et je suis devenue enfin moi-même par ce voyage. Parce qu’il n’y avait rien d’autre qui comptait, pas de contraintes de la société ou des connaissances, j’ai pu être celle que je voulais tout simplement. J’ai pu choisir ma vie, vivre mon rêve, vivre ma vie tout simplement, sans me laisser influencer par les jugements et les pré-requis de notre société actuelle. Ce tour du monde était le début de ma nouvelle vie, l’introduction à toute une vie, simplement le choix de faire mon propre bout de chemin.

A la rencontre du monde

Groupe, bilan tour du monde

Au-delà de beaux paysages, d’activités incroyables et de nouveaux défis, je suis allée à la rencontre de la beauté du monde et de l’humanité. Cela n’est pas toujours facile, c’est même parfois difficile, mais un tour du monde ou un long voyage vous en apprendra beaucoup sur notre Terre et nos civilisations.

Depuis mon adolescence, j’ai très vite été désillusionnée sur la vie et le monde en général et je me suis peu à peu laissée porter, ne faisant plus vraiment attention à ce qui se passait autour de moi. Il était déjà loin le temps de Sciences Po et celui où je voulais être journaliste. Même si j’ai encore beaucoup de doutes, un tel voyage permet d’être beaucoup plus tolérant et ouvert (même si l’on pensait déjà l’être) et de voir une lueur d’espoir, grâce à des moments inoubliables ou dans les yeux de quelqu’un par exemple. C’est sans doute l’une des choses les plus belles et les plus importantes, aller à la rencontre de soi-même, mais surtout aller à la rencontre de l’autre, sans jugement.

J’ai encore du chemin à faire, des réflexions à mener, mais c’est une autre histoire et un autre voyage…

Moments de joie et moments d’effroi

Voyager seule, Torres del Paine, Chili

Les moments de joie ne peuvent se compter. Ils sont trop nombreux, du plus petit bonheur à une extase incroyable. Je retiens la joie de débuter enfin ce rêve en prenant la voiture en Islande et en apercevant les paysages incroyables ; l’excitation lorsque j’ai aperçu Manhattan à mon retour aux Etats-Unis ; les moments de bonheur absolu face aux paysages de l’Antarctique ; la joie de mettre enfin le pied au Japon ; les retrouvailles avec des amis de longue date ; les petits bonheurs simples, comme la brise soufflant sur mon visage lorsque je faisais du vélo en Asie ou les plongeons dans des eaux fraîches ; les levers de soleil et tant d’autres moments…

Malgré tout, je reste quelqu’un de très optimiste et qui rigole beaucoup de problèmes et autres mésaventures. Après coup bien sûr. Je vous racontais déjà mes pires moments de voyage dans un récent article et je n’ai pas grand chose à ajouter. Les moments désagréables passent vite et sont généralement vite oubliés lorsque l’on vit son rêve.

Les petits chouchous

Voyages et Vagabondages, voyager avec un surpoids

On me demande souvent de parler de mon lieu favori ou de mon pays favori. C’est tellement difficile, tellement changeant, tellement dépendant de ce que l’on parle. Bien sûr, la Colombie garde la place la plus chère dans mon cœur, mais comment ne pas évoquer les paysages surréels d’Islande et d’Antarctique, l’incroyable immensité de la Patagonie, les chutes d’Iguazu, la magnifique Nouvelle-Zélande, mon rêve japonais, la Chine et ses contrastes, le Laos et ses habitants au grand cœur, les temples d’Angkor, l’Indonésie et ses hauts et ses bas, la Birmanie et tant d’autres… aaaaah la la, c’est à vous faire tourner la tête. Il ne vous reste plus qu’à lire mes récits pour en savoir plus et moi de continuer à écrire tous les récits qui le sont pas encore.

Pas de grande déception, ni de pays qui m’ont déplu, je retournerais partout avec grand plaisir. Bientôt, j’espère.

Je vous laisse quelques bilans par pays pour connaître plus en détails mes impressions des pays, mes endroits favoris dans le pays, etc: Etats-Unis, Japon, Argentine

Voilà donc pour mon bilan post-tour du monde. C’est un voyage qui en vaut la peine, qui m’a complètement changé et a changé ma vie et si c’est votre rêve, n’hésitez pas, foncez.

Saut en parachute

Si vous souhaitez un bilan plus pratico-pratique, n’hésitez pas à me le dire et ce que vous souhaitez lire exactement pour que j’essaye de faire quelque chose. Vous avez déjà mon tour du monde en chiffres pour quelques informations sur un tour du monde.

Opt In Image
Abonne-toi à la Newsletter
Ne manque jamais les nouveaux articles et les actualités du blog