Chère lectrice, cher lecteur,

Je t’écris cette lettre aujourd’hui pour te dire que je prends un congé sabbatique de mon boulot de freelance et que je prends également une pause sur ce blog de voyage, à partir d’aujourd’hui et pour six mois.

Je sais que je te fais des teasers depuis quelques mois, car la décision était déjà prise, mais que je n’étais pas prête à l’annoncer, et que soyons, honnête j’avais encore beaucoup de travail à faire, et la tête ailleurs. J’y réfléchis sans trop y croire depuis un an, ne sachant pas comment gérer cela financièrement ou même comment me définir sans ce blog de voyage et sans travail. J’ai pris la décision cet été, mais je savais qu’il fallait que je reste concentrée, ayant devant moi plus de deux mois intensifs de travail. Et puis, aujourd’hui, même s’il me reste encore pas mal de choses à faire de-ci, de-là, je suis prête à te l’annoncer. J’ai d’abord envisager une pause de trois mois, et puis six mois sont devenus possibles, alors je me lance, en me disant que l’on verra bien de tout façon, que cela ne sert à rien de vouloir maîtriser l’incertitude ou le temps, que les choses se feront comme elles se doivent et que quoiqu’il arrive, cela ne sera pas une catastrophe. Dans ces 6 dernières années de vie nomade, j’ai pris en tout et pour tout trois vrais semaines de vacances, quelques jours off et quelques week-ends. On n’est plus à 6 mois près.

Je prends un congé sabbatique de 6 mois

Je prends donc un congé sabbatique de mon boulot de freelance, ce qui ne cesse de me faire rire et sourire, devant l’ironie de faire, encore une fois, les choses à l’envers. De nos jours, les gens prennent un congé sabbatique de leur emploi salarié, pour voyager ou monter une entreprise ou devenir freelance. Moi j’ai fait tout ça sans congé sabbatique, et aujourd’hui, j’ai besoin d’un sabbatique de ce travail, et de faire une pause dans la vie dont tout le monde rêve. Je prends un congé sabbatique de mon travail, et non, je n’ai même pas un gros projet de voyage en stock.

Forcément, quand on a cinq ou six métiers (traductrice, rédactrice, relectrice, community manager et consultante, blogueuse de voyage et housesitter) en même temps, que l’on mène sa barque entièrement seule, tout en voyageant plus ou moins à temps plein, le jonglage est compliqué. J’ai d’ailleurs fait un burnout il y a deux ans, dont je ne me suis vraiment remise que cette année. Aujourd’hui, j’ai envie d’arrêter de jongler, de faire une pause, de revenir à l’essentiel et de savoir ce qui a du sens pour moi, où se situe vraiment ma ou mes passions et adopter le vrai mode de vie slow, que j’appelle de tout mon coeur depuis quelques années.

Où il est question de renouveau…

L’année 2019 a été l’une des plus dures et les plus extraordinaires de ma vie. Car j’ai enfin pris le temps de me poser les bonnes questions, de me connaître, de m’écouter, de savoir ce dont j’avais besoin et car je me suis remise en questions de tellement de manières différentes. Je n’en ai pas parlé ici, ou seulement à demi-mots dans des articles de réflexion, car cela me paraissait quelque peu hors sujet et que je n’étais pas prête. Je suis prête à le faire aujourd’hui, mais je ne sais pas encore sous quelle forme, alors il faudra attendre encore un peu. Je suis blogueuse de voyage depuis 13 ans et Voyages et Vagabondages fait partie de ma vie depuis 9 ans. Après le karaté, c’est ce qui m’a habitée le plus longtemps dans ma vie. Ce n’est pas rien et c’est pour cela que je sais que je reviendrais, d’une manière ou d’une autre.

Tout ça pour te dire, chère lectrice, cher lecteur, que pour la première fois depuis des années, je vais bien. Je vais même plus que bien. Je suis allée au fond des choses et j’ai trouvé la raison de de mes états dépressifs, de mes états d’âmes et autres crises existentielles et de la mélancolie qui transparaît souvent dans mes articles. Je suis heureuse, je suis sereine, je suis moi, sans fard et sans masque, je suis authentique et je suis prête à vivre cette nouvelle vie. Je la garde encore un peu pour moi, car les jours sont délicieux et doux quand on les passe avec soi-même, en accord avec qui l’on est vraiment et avec ses valeurs les plus profondes. Mais un jour, promis, j’enlèverai le masque et je me tiendrais dans ma plus authentique vulnérabilité et identité devant toi. Je m’égare… Je voulais seulement te dire, de ne pas t’inquiéter. A l’inverse des pauses dans ce blog de voyage qu’il y a pu y avoir auparavant, aujourd’hui, je ne fuis pas. Je m’écoute tout simplement et je vis au rythme de mes désirs et mes rêves.

Comment trouver sa place dans un monde qui s’effondre?

Evidemment, je me pose des millions de questions depuis longtemps. Je me les pose encore. Certaines ont des réponses, d’autres non, mais cela viendra. Qu’est-ce que l’identité nomade? Pourquoi voyager? Comment trouver sa place dans un monde qui s’effondre? Est-ce possible d’être blogueur voyage pro et écolo? Comment donner du sens à sa vie et à son métier, quand ce qui nous entoure ne fait aucun sens? Comment avoir un impact sur la société, comment aider, comment apporter sa pierre à l’édifice, sans toutefois tout faire valdinguer? Comment vivre sa passion, ses rêves, sans toutefois ignorer la misère du monde? Je suis certaine que cette pause me permettra de trouver de nouvelles réponses. C’est seulement quand on fait face à une page blanche, que l’on peut créer de la manière la plus authentique qui soit. 2019 a été le temps de la déconstruction. 2020 sera le début de la création.

Réseaux sociaux, blog, newsletter, livre, contact, mission etc.

Alors, qu’est-ce que cela veut dire pour toi concrètement? Pour ce qui est de mon congé sabbatique de ma vie de freelance, cela n’a pas grand impact. Pour le blog, j’ai décidé de continuer à écrire quand l’envie m’en prendrait, mais sans aucun partenariat ou but professionnel. Je ne sais pas du tout la fréquence que cela aura. Disons que c’est le côté professionnel du blog qui se met en pause. Ma passion de l’écriture et du partage est toujours plus présente et plus forte que jamais. Peut-être parlerais-je plus d’écologie, de philosophie et de psychologie, peut-être raconterais-je ces anciens voyages dont je n’ai jamais parlé, peut-être que quelques semaines de silence me mèneront à d’autres belles idées? Je n’en ai aucune idée. Par contre, pour le moment, je n’ai pas envie d’écrire sur mes voyages actuels. La semaine dernière, j’ai quitté mon logement temporaire et je suis à nouveau nomade, et plus perdue que jamais sur la question de « où aller et où vivre ». Toutefois, j’ai envie de faire ces choix pour moi, sans regard extérieur. Alors pour le moment, je ne te dirai où je suis et où je vais. Cela viendra, j’en suis sûre, mais je veux vivre cette nouvelle page blanche rien que pour moi. 

Ça veut aussi et surtout dire, que je vais arrêter de poster sur les réseaux sociaux pour un temps. J’ai encore quelques posts de prévu et je te dirai quand je m’en vais sur chaque réseau en temps voulu, mais je veux me détacher encore plus de tout cela. J’arrête d’ailleurs aussi les réseaux dans ma vie personnelle. Je veux vivre dans la vraie vie et cesser de participer à un système auquel je ne crois plus. Il y a énormément de positif dans Internet et les réseaux sociaux et je sais comment les réapprivoiser pour qu’ils me servent et non l’inverse, mais quelques mois de pause feront du bien. Par contre, il y aura donc parfois des articles ici, sur ce blog de voyage. Je te préviendrais seulement par le biais de la newsletter. Tu peux t’inscrire en suivant ce lien, ou bien dans l’encadré en bas de cet article. Ce sera la seule manière de suivre mes actualités pour le moment.

Si tu veux me contacter, tu pourras le faire sur la page Contact uniquement. Je ne répondrai pas aux messages sur les réseaux sociaux. Par contre, je serai plus lente dans mes réponses que d’habitude. Ne m’en veux pas, je ne veux plus vivre dans l’urgence. Alors si tu as une question pressante, pense à m’écrire longtemps avant ton départ ou bien fouille dans tous les articles du blog, il y a des milliers d’information dans les 600 articles que j’ai écrit ces 9 dernières années. Par contre, je serai ravie de correspondre par mail si tu en as l’envie, en me répondant aux newsletter par exemple.

Pour ce qui est de ce que je prévois de faire, j’ai des dizaines d’idées, comme d’habitude. Plus mes jours ralentissent, plus je découvre de nouvelles idées. Il y a peut-être des choses qui se passeront en rapport avec le blog dans les 6 prochains mois, mais je préfère ne rien promettre, avant que cela soit fait. Le mieux, encore une fois, c’est de s’abonner à la newsletter pour ne rien rater. Ne t’inquiètes pas, je ne te spammerai pas. Les abonnés savent à quel point je ne suis pas très régulière…

Pour ce qui est du livre sur le voyage en solo (oui, c’est un peu le running gag, je crois), je l’ai terminé au début de 2019 et je n’y ai plus touché. J’en étais incapable. Tout simplement, parce qu’il ne correspondait pas ou plus au message que je voulais faire passer et à celle que j’étais. Je ne pense pas le publier tel quel, mais je sais comment le retravailler et c’est l’une de mes idées, alors qui sait ce qui se passera…

J’ai créé ce blog au printemps 2011, pour me connecter avec une communauté de voyageurs, pour préparer mon tour du monde, mais aussi avec une mission. Te montrer qu’il était possible de vivre tes rêves, quelqu’ils soient, avec du travail, de l’acharnement et de la détermination, et ce, malgré les obstacles (financiers, de santé, le regard des autres et de la société…). Aujourd’hui, je crois avoir accompli cette mission et je n’ai pas l’impression d’avoir autre chose à ajouter à ce message. J’ai une autre mission, d’autres envies et une nouvelle vision de la vie. La sagesse à 32 ans? Peut-être… ou pas!

Merci!

Chère lectrice, cher lecteur, je veux surtout te remercier pour ta fidélité, pour ton soutien et pour toute la force que tu m’as apportée ces 9 dernières années. Tu ne peux pas savoir à quel point. J’ai des larmes aux yeux quand je pense à toi et à cette belle communauté. La richesse, la diversité, la bienveillance, le bonheur que tu as apporté dans ma vie est incomparable et je ne pourrais jamais assez te remercier. Alors, du fond du coeur, merci.

Je voulais aussi te dire que quelque soit ta situation de vie, ton parcours, tes souffrances, tes douleurs, les malheurs auquel tu dois peut-être faire face, tes insécurités, tes doutes, tes peines, tes obstacles, tes joies, tes humeurs, tes amours, tes défauts, tes qualités, tes pertes et des succès, tu es humaine, humain, comme moi, comme les autres et que tu as ta place dans ce monde, aussi difficile cela soit-il. Il y a de la lumière de l’autre côté de tout ça et même si tu n’arrives pas à la voir, même si elle est lointaine, je continuerai de tenir le flambeau, on continuera de le tenir pour toi, jusqu’à ce que tu sois prêt, prête, toi aussi à t’en saisir.

Chère lectrice, cher lecteur, merci. Que les semaines et mois à venir soient emplis de lumière, de joies, de sérénité et de lenteur.

Amicalement,

Lucie

Si tu veux lire les différentes réflexions qui m’ont menée à ce congé sabbatique et cette pause dans le blog aujourd’hui, voici quelques liens:

Le bilan nomade et vagabond 2018: tourbillon, tatoutages et pirogue

Pourquoi j’ai décidé de vivre à Paris?

Leçons, introspection et bilan de 5 ans de nomadisme

Je voyage seule: le stage... en Ecosse - Lucie de Voyages et Vagabondages et Nastasya de Valiz Storiz

Opt In Image
Abonne-toi à la Newsletter
Ne manque jamais les nouveaux articles et les actualités du blog