Buenos Aires, ô Buenos Aires… Je savais avant de venir que je tomberai follement amoureuse de toi et tu m’as donnée raison. Une semaine, c’est long, une semaine c’est court, mais j’ai eu le temps de comprendre un peu ton essence, de me laisser enivrer, d’aller de découvertes en découvertes et de vouloir revenir pour plus longtemps. En l’espace d’une semaine Buenos Aires est devenue ma ville préférée d’Amérique du Sud et est montée en haut dans mon top des villes dans le monde.

Premier soir à Buenos Aires et retrouvailles avec Norma et Natasha

Premier soir à Buenos Aires et retrouvailles avec Norma et Natasha

Fraîchement débarquée de la Patagonie, après une trentaine d’heures de bus et dans une chaleur incroyable, j’aurai pu détesté la ville au premier regard. Malgré tout, je me suis laissée emporter. J’arrivais donc à la station de bus Retiro après un long voyage. L’endroit a très mauvaise réputation et le bidonville que l’on aperçoit en entrant en bus dans la station n’a rien de rassurant. J’avais lu pas mal de choses sur les arnaques à touristes dans la station, des vols de sacs de différentes manières et j’étais prête et alerte malgré le long voyage. Par un système de mousquetons, tous mes sacs étaient attachés entre eux et à moi-même et la seule solution pour me voler mes affaires à l’arrachée aurait été de m’emmener avec! Oui, je sais, je suis un peu parano parfois… Je trouvais facilement le métro et même si les employés refusèrent de me vendre une carte de transport (pour une raison inconnue), je souriais largement. J’étais de retour dans mon élément (en ville), il faisait beau et après trois mois en Amérique du Sud, je pouvais me débrouiller sans problème en espagnol.

KonexAprès m’être reposée à l’auberge et avoir repris mes marques (il faut se réadapter à la ville après presque deux mois en Patagonie), j’étais prête à découvrir Buenos Aires et à vivre pleinement ce que la capitale argentine avait à offrir. Le soir de mon arrivée, je retrouvais Norma, une irlandaise rencontrée en Colombie et son amie Natasha, que j’avais également brièvement vu à El Calafate. Finalement, l’Amérique du Sud, c’est petit! Au programme de ce soir-là, un concert au Konex, en plein air, la Bomba de Tiempo, un concert de percussions très connu. Un super concert et une super soirée qui se finît chez leur Couchsurfeur colombien autour d’un bon repas.

Tigre

Les filles à Tigre avant l'attaque de moustiques

Les filles à Tigre avant l’attaque de moustiques

TigreLe lendemain, départ pour une excursion d’une journée à Tigre avec Norma, Natasha et Christina. Tigre est une banlieue de Buenos Aires située sur le détroit de Paranà. La circulation s’y fait principalement en bateau et les maisons en bois et en tôle se trouvent sur pilotis ou sur différentes îles. Nous avons fait une promenade en bateau et avons débarqué sur une des îles un peu sauvages à la recherche d’un café, avant de nous faire sauvagement attaquer par des moustiques et nous rendre compte que le lundi et mardi, c’est plutôt mort à Tigre. Pas de marchés, pas de touristes, pas de cafés… quoiqu’il en soit, j’ai trouvé la ballade agréable et les filles ont trouvé que cela ressemblait à l’Asie…

Avec ZoeCe soir-là, les filles poursuivaient leur chemin vers le Nord et je leur disais au revoir pour de bon cette fois-ci. La fin du voyage approchait pour elles et nous nous reverrons probablement en Europe la prochaine fois. Je continuais donc mon exploration de Buenos Aires en solo, mais pas pour longtemps. Très vite, je rencontrais Nadine, une adorable australienne, Christian, un allemand, Zoé, une argentine amie d’amie, Benjamin, un Français blogueur de voyage (chez Partir Voyager) et plusieurs d’autres et la semaine passa à la vitesse grand V.

Avec Benjamin

Avec Benjamin

Buenos Aires a tant à offrir. Culturellement et historiquement parlant, il y a de nombreuses cathédrales, monuments et musées à visiter. La visite gratuite le week-end de la Casa Rosada, la maison présidentielle est intéressante, de même que celle du musée gratuit, le Museo del Bicentenario. Presque tous les textes et vidéos sont en espagnol, même si vous avez des bases, vous en apprendrez énormément sur l’histoire et la culture du pays. La visite du cimetière de Recoleta vaut également le détour. Les statues, la taille des mausolées, le fait que l’on voit les cercueils impressionnent et vous pourrez facilement y vagabonder quelques heures. Tout près, le Musée des Beaux Arts mérite également une visite. Le centre commercial Galerias Pacificos propose des expositions temporaires variées et gratuites tout en haut du bâtiment. J’y ai notamment vu une exposition photographique sur les Rolling Stones.

La place devant la Casa Rosada

La place devant la Casa Rosada

Recoleta

Dans Recoleta

Dans Recoleta

Dans la Casa Rosada

Dans la Casa Rosada

Il fait bon également se balader dans les différents quartiers, à la découverte de marchés, de petites boutiques ou de cafés sympas. Comme de nombreuses villes, Buenos Aires se découvre à pied et à toutes heures, notamment au coucher du soleil. Beaucoup pensent que la ville y est dangereuse. Je me suis promenée au centre-ville seule après la tombée de la nuit, mais j’avais très peu d’affaires de valeur sur moi. J’ai beaucoup aimé San Telmo, ses airs parisiens, ses ruelles cachés, ses marchés, ses places, ses nombreux cafés et son street art.

Street art à San Telmo

Street art à San Telmo

Street art à San Telmo Street art à San Telmo Street art à San Telmo

Coucher de soleil sur le centre-ville de Buenos Aires

Coucher de soleil sur le centre-ville de Buenos Aires

C’est d’ailleurs là où se trouvait mon auberge. Recoleta, le quartier chic est un peu moins vivant et intéressant. Palermo est un quartier très agréable et chic, où vous rencontrerez de nombreux gens branchés, des cafés et boutiques à la mode. Un quartier sympathique pour un après-midi et pour son marché. La Boca m’a déçue. Beaucoup de couleurs, de boutiques de souvenirs et d’attrape-touristes et assez peu d’ambiance le jour où j’y étais.  Il est conseillé de rester dans un périmètre délimité pour ne pas subir de vol et malheureusement ce périmètre n’est pas authentique. Je me suis aventurée dans quelques rues un peu plus loin qui me semblaient bien plus intéressantes et pas si dangereuses que cela.

La Boca

La Boca

La Boca La Boca La Boca Dans un marché à San TelmoCulinairement parlant, il y a aussi du choix et j’ai savouré sushis (oui, oui), gâteau, steak tartare, cafés et autres douceurs… Ah la vie en ville!

Café Tortoni

Un submarino littéral au Café Tortoni

Un submarino littéral au Café Tortoni

Découvrir Buenos Aires, c’est marcher, marcher à n’en plus finir et découvrir une nouvelle rue, un nouveau recoin, un nouveau café sympa, un marché, une jolie porte, une chouette boulangerie, du street art, un parc, un bon endroit pour manger des empanadas, un endroit parfait pour lire, un endroit pour discuter pendant des heures avec ses nouveaux amis… Bref, Buenos Aires est une ville fascinante qui a beaucoup à offrir. J’y ai passé une semaine, j’aurai pu m’y arrêter pendant des mois. Buenos Aires, c’est promis, je reviendrais!

Information pratiques

J’ai dormi à l’auberge America del Sur et j’ai été assez épatée. Des dortoirs impeccables, avec dans chaque chambre un lavabo, une douche, un toilette, le tout séparé pour éviter la queue, plusieurs prises et un sèche-cheveux. Il y a le petite-déjeuner gratuit (avec du gâteau au chocolat tous les matins), des espaces communs très sympathiques et le Wifi (un peu lent parfois). Il est parfaitement situé dans San Telmo.

Le métro de Buenos Aires est très facile à utiliser, mais ferme très tôt, alors prévoyez le soir de l’argent pour le taxi. Acheter une carte et recharger là à volonté. Si les employés refusent de vous en vendre à la station, des kiosques ou votre auberge de jeunesse pourront vous la vendre. Elle vous permettra par exemple de prendre le train pour Tigre (depuis la gare de Retiro) pour un prix dérisoire.

Côté restaurant, j’ai donc testé le soi-disant meilleur restaurant japonais de la ville et c’était plutôt bon et l’ambiance était très japonaise: le Comedor Nikkai sur l’Avenida Independencia à San Telmo, juste à côté de l’auberge de jeunesse. Attention, il est caché dans l’Association du Japon. Je me suis aussi laissée tenter par le tartare de la Brasserie Pétanque, à San Telmo également, à la décoration assez douteuse (il y a une photo de François Hollande au-dessus de la porte) et au service très « français », mais au petits plats délicieux. J’ai également testé le très connu Café Tortoni, où je me suis laissée tenter par un Submarino et une énorme tarte au citron. Même si cet endroit est très touristique et qu’il faille faire la queue, l’ambiance et les plats valent l’attente. Sinon, n’hésitez pas, arrêtez-vous pour prendre un café et regarder les passants ou pour goûter un empanada. Il est toujours temps de manger un empanada ou deux…

Le concert La Bomba de Tiempo a lieu tous les lundis à la cité culturelle Konex. L’espace propose d’autres activités tout au long de la semaine. Rendez-vous un peu en avance pour faire la queue et acheter les tickets, mais il semblerait qu’il y ait toujours de la place et préparez-vous pour une soirée très fun. Pour les petits-creux et l’attente, il y a une très bonne boulangerie en face de Konex.

Opt In Image
Abonne-toi à la Newsletter
Ne manque jamais les nouveaux articles et les actualités du blog