Une escapade à Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine

Arrivée à Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine - Un été nomade en Bosnie - Voyages et Vagabondages, le blog du voyage en solo et au féminin

C’était l’euphorie dans la voiture. Voilà déjà plus de deux semaines que nous vivions à Sarajevo et nous partions en week-end pour la deuxième fois de notre séjour. Comme des locales, comme des habituées, comme des gamines sur la route des vacances, nous rions gaiement, au son d’un CD de musique bosniaque. Sur la même route que la semaine précédente, vers Mostar et la mer, le chemin de l’aventure vers Ramsko Jezero était tout tracé. 10 minutes d’autoroute, quelques montagnes et tunnels à traverser, suivez les nuages noirs et la tempête et vous arriverez sans aucun doute à destination. Les vendeurs de miel et de baies sauvages étaient bien là, aux mêmes tournants, comme s’ils n’avaient pas bougé en une semaine, comme si nous venions de passer à travers une faille spatio-temporelle, ou plutôt simplement temporelle. Je reconnaissais les meules de foin, les collines et les versants, j’attendais avec excitation de reconnaître un arbre dans un virage, de voir l’homme, son cheval et sa charrette, de reconnaître une entaille dans la roche des montagnes, d’apercevoir la jolie petite mosquée à flanc de colline. La météo était grise et pluvieuse, transformant tout de même un peu le paysage du week-end dernier, apportant quelques touches de nouveauté et d’originalité à ces quelques heures de road-trip.

Arrivée à Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine - Un été nomade en Bosnie - Voyages et Vagabondages, le blog du voyage en solo et au féminin
A Jablanica, au feu, on tourne à droite. Fini les paysages connus et la redondance de l’habitude, à nous l’inconnu, l’imprévu, la surprise. Et surprises, nous le sommes une fois de plus devant le vert émeraude de la rivière et la beauté du canyon que nous traversons. Il n’y a personne sur la route et nous sommes encore une fois seules face à la beauté du pays. Des “oh” et des “ah”, un ou deux parmi tant d’autres, de tous ceux que nous exprimerons lors de ces deux mois en Bosnie, et puis le silence. La musique bosniaque virevolte encore à nos oreilles, mais elle fait partie du décor et nous nous perdons chacune dans nos contemplations et nos pensées pour les prochaines minutes. 
Deux voyageuses, seules, à Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine - Un été nomade en Bosnie - Voyages et Vagabondages, le blog du voyage en solo et au féminin
Avec mon amie Nastasya, du blog Valiz Storiz
 
Un panneau de signalisation accroche mon regard. « Ramsko Jezero, 3km ». Nous avons roulé assez rapidement et nous sommes arrivées plus tôt que prévu. Une dernière montée et le lac s’offre enfin à nous, encore plus grandiose que nous ne l’avions imaginé ou que nous aurions pu le rêver en lisant les quelques lignes qui lui y sont consacrées dans notre guide de voyage. Nous descendons l’une des routes et serpentons entre les villages, jusqu’au berges du lac, dévorant ce paysage de carte postale de nos yeux grands ouverts.
La Bosnie-Herzégovine compte de nombreux lacs naturels et artificiels et le lac artificiel de Ramsko Jezero est sans doute l’un des plus beaux lacs d’Europe. Il me fait beaucoup penser au magnifique lac à Guatape, en Colombie.
Les sublimes paysages et vues sur Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine - Un été nomade en Bosnie - Voyages et Vagabondages, le blog du voyage en solo et au féminin
 
Ramsko Jezero. A lui seul, le nom évoque ses merveilles et enchantements, comme le nom d’un paradis perdu, d’un trésor caché, d’une civilisation disparue, d’un lieu de roman.
 
Et c’est bien dans les pages d’un roman que nous avons l’impression d’atterrir, chez Heidi ou Anne de La Maison aux Pignons Verts dans une paysage champêtre, parfait, pittoresque. Nous garons la voiture près d’un café et les quelques clients matinaux nous regardent avec curiosité. Nous nous approchons de l’eau turquoise, d’un ponton mal ancré et d’un château en plastique dégonflé. L’eau est calme, plate, lisse comme un miroir et reflète au loin les montagnes et les villages. Une libellule trouble la surface, le silence et s’envole vers d’autres gouttes d’eau. L’aboiement d’un chien, des cloches et des rires résonnent, comme un écho venu d’un autre temps, d’une autre dimension. Nous longeons le lac, gambadant dans le pré et les fleurs, nous tenant éloignées tout de même de quelques vaches menaçantes. Des pêcheurs nous invitent à boire une bière dans leur campement, par maints gestes et sourires, mais il est encore tôt et les paysages de cartes postales nous appellent. Un kayakiste passe devant nous, sans bruit, comme un fantôme. Nous profitons de la douceur de vivre, du calme et de la tranquillité, de ce week-end sans obligations, du silence, des échos, des turquoises et des verts, couleurs rehaussées par les nuages menaçants de l’orage. L’atmosphère est lourde, électrique, comme si nous étions seules au monde, dans un monde post-apocalyptique et doux, où seul les chiens et les libellules auraient survécu. 
Les sublimes paysages et vues sur Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine - Un été nomade en Bosnie - Voyages et Vagabondages, le blog du voyage en solo et au féminin
 
Nous rebroussons chemin pour déguster une énorme pizza végétarienne au café du coin, alors que la pluie tombe dru et nous partons faire le tour du lac en voiture, une fois que les nuages se sont éloignés. Nous montons sur les hauteurs, toujours plus haut et la vue sur le lac est splendide. Nous continuons notre route, seules sur du goudron cabossé. Il n’y a finalement pas beaucoup de points de vue sur le lac et nous traversons quelques forêts et villages, plus déserts les uns que les autres. La route devient chaotique, plus cabossée que droite, les herbes hautes l’envahissent, le goudron disparaît, la pente descend à pic vers le lac et soudain la route disparaît, remplacée par un chemin de terre. Il est trop tard pour faire demi-tour, alors on s’engage tout de même, en espérant retrouver rapidement la route et la civilisation. Nous rigolons tellement de notre aventure, que nous ne remarquons pas notre retour sur le goudron et un petit papi qui nous regarde avec curiosité. J’imagine que ce n’est pas souvent que les touristes viennent se perdre sur les sentiers de Ramsko Jezero. On retrouve une jolie vue, mais nous sommes vite chassées par deux serpents qui se faufilent dans les hauts fourrés. On redescend vers le lac et l’on trouve une petite aire de baignade, complètement improbable, à quelques encablures d’une mosquée, face aux églises. On se baigne gaiement, seules au monde encore une fois, nos fous rires et nos éclats de joie renvoyant sans doute des échos plutôt divertissants dans toute la vallée!
 

Baignade tranquille à Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine - Un été nomade en Bosnie - Voyages et Vagabondages, le blog du voyage en solo et au féminin Baignade tranquille à Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine - Un été nomade en Bosnie - Voyages et Vagabondages, le blog du voyage en solo et au féminin Baignade tranquille à Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine - Un été nomade en Bosnie - Voyages et Vagabondages, le blog du voyage en solo et au féminin
Nous visitons aussi les presqu’îles et avancées sur les lacs, des coins pittoresques, avec de jolies maisons, églises et prés. Il n’y a pas à dire, il doit faire bon vivre au lac de Rama. Nous faisons un tour sur l’île de Šćit avec son monastère franciscain, le monastère franciscain Rama-Šćit.
 
Nous prenons le chemin vers notre pension, sur les hauteurs du lac. Nous sommes accueillies royalement par Mirko, le propriétaire qui nous emmènent boire un café à notre repère du midi et qui nous parle de lui, de sa vie et de la guerre, en croate et en allemand, avec l’aide de Google Translate. Il nous installe ensuite à la pension, que nous avions pour nous toutes seules pour la nuit, une immense maison rien qu’à nous. Au petit matin, alors que la pluie est tombée toute la nuit, j’ouvre les volets de notre chambre. Le balcon donne sur le lac et la vision qui s’offre à nous est encore plus spectaculaire que la veille. 
Réveil spectaculaire à Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine - Un été nomade en Bosnie - Voyages et Vagabondages, le blog du voyage en solo et au féminin
Le lac est un miroir où se reflète les nuages, les forêts, les montagnes à la Jurassic Park, les églises et les villages. Le calme et le silence règnent, seulement troublés par l’écho du chant du coq, le bêlement du mouton ou de l’aboiement d’un chien. On savoure un café, seules encore une fois, face au lac, dans la paix et au soleil. Les nuages forment de bien drôles de chapeaux sur les villages, et on a l’impression d’observer une maquette miniature.
Réveil spectaculaire à Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine - Un été nomade en Bosnie - Voyages et Vagabondages, le blog du voyage en solo et au féminin Réveil spectaculaire à Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine - Un été nomade en Bosnie - Voyages et Vagabondages, le blog du voyage en solo et au féminin Réveil spectaculaire à Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine - Un été nomade en Bosnie - Voyages et Vagabondages, le blog du voyage en solo et au féminin
Nous reprenons la route et retournons au point de vue sur le lac, avant de faire, déjà, nos adieux à Ramsko Jezero, à ce lac et ce village hors du temps, hors du bruit et du stress, à ce paysage de carte postale qui nous auras ravies le temps d’une nuit. D’autres merveilles nous attendent encore sur les routes de Bosnie, mais je garde de ce lieu le meilleur souvenir, comme un endroit magique, qui n’a existé que le temps d’une journée et d’une nuit, pour nous, rien que pour nous.

Informations pratiques pour visiter Ramsko Jezero, le lac de Rama

 
Nous nous sommes rendues à Ramsko Jezero avec notre propre voiture, mais je ne crois pas qu’il y ait vraiment de transports en commun. Ramsko Jezero se trouve sur la route entre Sarajevo et Mostar, en bifurquant à Jablanica. Il n’y a pas forcément grand chose à y faire, mais c’est un lieu paisible qui se vit tout simplement. Il est selon moi bien plus beau et bien plus paisible que le lac de Jablanica. Cela peut être un bon endroit, où s’arrêter avant d’aller à Mostar et de remonter le canyon de la Neretva.
 
Nous avons dormi à la Pansion Renata, sur les hauteurs du lac. Pour 20€ la nuit pour 2, nous avons eu la chance d’avoir une chambre avec vue sur le lac et la maison rien que pour nous le temps d’une nuit. Si vous souhaitez réserver à la Pansion Renata, c’est par ici!
 
J’ai organisé mon voyage en Bosnie de manière indépendante. Toutefois, si vous préférez passer par une agence locale et prévoir avec eux un circuit sur mesure, je ne peux que vous conseiller Evaneos. Retrouvez des informations pratiques, des idées d’itinéraire ou faites une demande de devis gratuite chez Evaneos ici.
 
Pour toutes les informations pratiques pour un voyage en Bosnie-Herzégovine, rendez-vous en bas de l’article sur Sarajevo pour en savoir plus sur le budget, la sécurité, les cartes SIM etc.
Monastère de Scit à Ramsko Jezero, le lac de Rama en Bosnie-Herzégovine - Un été nomade en Bosnie - Voyages et Vagabondages, le blog du voyage en solo et au féminin

Partage et épingle cet article sur Pinterest:

Opt In Image
Abonne-toi à la Newsletter
Ne manque jamais les nouveaux articles et les actualités du blog