Après un séjour pluvieux à Atlanta, je prends un nouveau bus de nuit en direction de la Floride. J’avais prévu de louer une voiture pour explorer la région pendant une semaine, mais un problème de carte bancaire m’a rapidement fait renoncé. Ayant peu de temps, un budget restreint et moins l’envie de bouger, je décidais d’aller dans seulement deux lieux: Tampa et Miami.

Maya à Tampa

Maya à Tampa

Après un voyage en bus sans incident, changement de bus à Orlando. Il fait beau et chaud, la ville et ses habitants ont l’air sympathique, mais les parcs d’attraction ne seront pas pour moi pour cette fois-ci. Quelques heures de retard, une arrivée sous la chaleur écrasante et humide de Tampa, une attaque de fourmis rouges et une heure de bus de ville plus tard, j’arrivais épuisée, mais heureuse chez Maya, une amie suédoise, rencontrée en Suède. Nous passerons le week-end à papoter, à rattraper le temps perdu, à se balader dans le centre et à manger (notamment chez Ikea). Sans voiture, nous n’avons pas vraiment pu explorer les environs.

Dans le wagon-bar du train Amtrak

Dans le wagon-bar du train Amtrak

Après un week-end très relaxant et agréable avec Maya, je reprends la route en direction de Miami. J’ai décidé cette fois de tester le train, les fameux Amtrak. La gare de Tampa est minuscule, il y a très peu de services et seulement un train programmé pour les heures à venir. Le train a déjà une heure de retard. Il arrive enfin lentement sur le quai et le long processus d’embarquement commence. On ne peut pas dire que le système soit similaire aux trains européens et il m’a fallut quelques temps pour comprendre ce que je devais faire. En arrivant à la gare, j’ai fait le Check-in comme à l’aéroport et leur ai donné mon sac. Selon le poids, vous n’êtes pas forcément obligé de faire l’enregistrement, mais cela évite de devoir s’occuper de vos bagages une fois dans le train.

Une fois le train en gare, à part si vous êtes en première classe, vous pouvez faire la queue devant n’importe quelle porte. Un employé descend et vous attribue votre siège à l’entrée du train. Le temps presse, essayez de comprendre votre numéro du premier coup et ne discutez pas. Installez-vous et attendez que l’employé repasse. Si le siège ne vous convient pas, il essaiera de vous placer ailleurs. Ils essayent également que chaque passager ait deux sièges pour lui seul lorsque le train n’est pas plein. Je n’ai pas eu de chance à la « loterie du train » et j’ai eu beau obtenir le siège-fenêtre et une belle prise électrique, la fenêtre est en fait une vitre noire et je ne pouvais pas voir le paysage. Ce ne fût pas bien grave, car je passerais finalement la totalité du voyage dans le wagon-bar panoramique à contempler le paysage qui défile. L’employé peut également vous faire le service, si vous n’avez pas envie de vous déplacer.

Les trains sont globalement assez vieux et rustiques, la nourriture est chère et mauvaise comme dans les trains français, mais les sièges sont bien plus confortables et vastes. Je passerais donc la totalité du voyage à regarder les paysages défiler. Les paysages ne sont pas vraiment intéressants dans cette partie de la Floride et cela n’est probablement pas la route la plus scénique. Surtout qu’ayant un problème de signal tout le long du trajet, nous avons roulé la plupart du trajet à environ 5km/h, me laissant de bien observer le paysage… La mauvaise réputation d’Amtrak est justifiée et nous arrivons à Miami à minuit, avec cinq heures de retard sur un trajet de cinq heures! (Ma lettre de réclamation attends d’ailleurs toujours une réponse, malgré plusieurs relances…)

Monument de l'Holocauste à Miami

Monument de l’Holocauste à Miami

Ma semaine à Miami passa très vite en bonne compagnie, avec notamment Pili une Colombienne que je recroiserai rapidement dans d’autres contrées et Michelle de Taïwan. Un peu blasées par notre auberge de jeunesse, nous avons exploré ensemble la prétentieuse South Beach, squatté à Starbucks, profité de la plage de sable blanc et des palmiers, nous sommes aventurées au cinéma et avons visité l’ennuyeux centre-ville et le bien plus intéressant et coloré quartier cubain, Little Havanna. Miami est une ville immense et depuis South Beach (notre quartier pour la semaine), cela nous prenait au moins une heure en transports en commun pour nous déplacer.

Miami

South Beach – ainsi que de nombreux quartiers de la ville – est un quartier cher et arrogant, mais j’ai su passé outre et apprécié la plage, les palmiers, les bâtiments Art Déco, ses habitants un peu loufoques et son ambiance nocturne. Il a fait chaud, nous avons eu quelques belles averses, beaucoup de vent et de ciels atmosphériques gris, l’occasion de voir la ville sous différentes ambiance, mais aussi de profiter de la plage.

Miami South Beach Miami South Beach

Avec Michelle à Miami

Avec Michelle à Miami, le vent dans les voiles

Little Havanna, ses petits restaurants pas chers, ses fresques, la musique latine, les marchés, les vendeurs de cigare dans tous les coins… l’ambiance y est très exotique et différente du reste de la ville, sans perdre son authenticité. Le quartier est vivant et ne se résume pas à une simple attraction touristique.

Art déco à Miami South Beach

Ambiance nocturne à Miami South Beach

A Little Havanna

Les jours se sont écoulés lentement à Miami. J’attendais patiemment et avec un peu d’anxiété le début de ma nouvelle aventure et je planifiais en détails mon voyage en Colombie. J’étais déjà en pensées bien loin des États-Unis et l’atmosphère latine de Miami n’a fait que renforcer ce sentiment. Finalement, le jour du départ est arrivé. J’ai fait mes adieux à Michelle, et ai pris la direction de l’aéroport de Fort Lauderdale. Je dormis confortablement à l’aéroport avec le wifi, des moquettes confortables pour s’allonger, du personnel sympathique et le bruit d’une fontaine pour s’endormir doucement. Nous étions le 26 octobre et un mois et demi après mon départ en tour du monde je m’envolais pour un nouveau pays, un nouveau continent, le début de l’exotisme et de l’aventure. Je n’avais pas sérieusement fait mes devoirs d’espagnol et après un vol surprenament confortable avec JetBlue (une compagnie lowcost américaine, qui m’a permis d’aller en Colombie pour 100$ aller-simple), j’atterrissais à Bogotá. A peine un regard et une question de l’agent à la frontière, je commençais mon aventure colombienne avec la boule au ventre… « Et si, malgré toutes mes bravades et mes recherches poussées sur la Colombie, je me faisais kidnappée? »… 🙂

Informations pratiques

Pour réserver vos billets de train et tenter l’expérience, rendez-vous sur le site d’Amtrak. Pour certains voyages, cela peut coûter moins cher que le bus, alors n’hésitez pas à consulter leur site.

A Miami, j’ai dormi au Miami Beach International Hostel. Si vous avez un très petit budget, c’est probablement votre meilleure option, puisque, pour une vingtaine de dollars, vous avez le droit au logement et à tous les repas. L’auberge est confortable et assez propre, et pour ce prix-là, les repas sont tout à fait acceptables. Sachez tout de même qu’il s’agit d’un « party hostel » avec principalement des jeunes de vingt ans bruyants et malpolis. L’accès Internet est restreint au hall d’entrée, où il y a la fête de 20h jusqu’au bout de la nuit. L’auberge de jeunesse semble également très douée pour faire de l’argent sur le dos de voyageurs naïfs. Bref, à bon entendeur, une option budget avec ses (nombreuses) limites.

Pour un repas pas cher à Little Havanna, je vous conseille Los Primos (1782 S.W. 8th Street) qui propose  pour le déjeuner une très bonne paëlla et salade pour la modique somme de 3$.

Connaissez-vous Miami et la Floride? Avez-vous des conseils ou des coup de cœur?

Opt In Image
Abonne-toi à la Newsletter
Ne manque jamais les nouveaux articles et les actualités du blog