Ah le téléphone et Internet en voyage… un peu comme la gestion de l’argent en voyage, c’est un monde en constante évolution, qu’il faut suivre, étudier, tester pour enfin trouver la meilleure solution pour le type de voyageur que l’on est. Je suis plutôt mauvaise pour ce genre de choses et j’ai tendance à privilégier la solution de facilité, avant d’étudier la question une bonne fois pour toutes des années plus tard. Par exemple, je connaissais très bien l’existence du concept de la carte sim internationale, mais je n’avais jamais pris le temps de regarder ce qu’il en était, jusqu’à il y a quelques semaines…

Test de la carte sim internationale au Monténégro, dans la Baie de Kotor

Sans vouloir faire ma vieille trentenaire rabat-joie, en 12 ans de voyage, j’ai eu le temps de voir l’évolution de la téléphonie et d’Internet en voyage, de galérer sans Internet, d’aller passer du temps dans les cyber-cafés, d’utiliser les cartes rechargeables d’appels téléphoniques en cabine téléphonique, de courir après tous les Wifi du monde, de voyager sans smartphone, etc. Même s’il y a toujours une certaine nostalgie du temps des galères, de ces moments où l’on se pert et où on rencontre de belles personnes, de ces moments bénis de déconnexion, je ne peux dénier à quel point ma vie est plus simple aujourd’hui, avec toutes les solutions qui existent, surtout en travaillant sur la route.

Comment je reste connectée en voyage?

J’ai commencé par partir en voyage plutôt détendue, ne m’inquiétant pas vraiment de ma connexion Internet en voyage, si ce n’est de choisir dans la mesure du possible une auberge de jeunesse avec du WiFi. Cela n’a pas toujours été simple, notamment en Nouvelle-Zélande ou en Australie, ou bien quand la connexion Internet de l’auberge était une vaste blague ou quand l’électricité coupait. Oui, j’ai très souvent pété un câble, parce que quand on a des délais et qu’il est impossible de faire quoi que ce soit, cela peut rendre fou. La Birmanie a été cauchemardesque, mais je m’y attendais.

Plus j’ai continué à voyager et à être sérieuse sur ma carrière de freelance et de nomade digitale, plus j’ai commencé à choisir mes lieux de visite et de séjour en fonction de la connexion. Cela va pour l’hôtel, pour les volontariats, mais aussi parfois pour le pays… Je pourrais difficilement voyager longtemps au Paraguay ou à Cuba par exemple, tout du moins pour le moment, à moins de me déconnecter et de me mettre en vacances.

Test de la carte sim internationale au Monténégro, dans la Baie de Kotor

J’ai donc commencé à choisir méticuleusement les endroits où j’allais, à refuser des volontariats trop isolés, mais aussi à acheter des cartes sim locales pour pouvoir rester connectée. J’ai acheté ma première carte sim locale en Argentine, mais c’était plutôt cher, alors je ne l’ai pris que « au cas-où » pour me connecter rapidement ou téléphoner en cas de besoin. Etant en train de traverser la Patagonie en auto-stop, cela me paraissait essentiel. Peu à peu, j’ai commencé à acheter des cartes sims locales quand je restais longtemps dans le pays, quand ce n’était pas cher ou quand j’avais un besoin spécifique pour le boulot tout en étant en itinérance.

J’ai ainsi testé l’achat de carte sim à Bali, aux Etats-Unis, en Thaïlande, au Japon, au Royaume-Uni, à Taiwan, en Bosnie, en Croatie, en Allemagne, au Canada et bien évidemment également en France (car non, je n’ai pas de forfait, puisque je ne suis pas en France de manière durable depuis plus de 8 ans!). Je ne vous cache que selon les pays, l’achat d’une carte sim locale est plus ou moins compliqué: aux Etats-Unis, il me fallait me rendre en magasin, avoir un passeport et payer très très cher; au Canada, j’ai dû mettre l’adresse d’une amie, souscrire un contrat et la résiliation a été un casse-tête de mise en attente au téléphone; au Japon, la résiliation a aussi été compliquée et j’ai dû payer un mois supplémentaire alors que je n’étais plus sur place; à Bali, je m’étais bien renseignée, parce qu’il y avait beaucoup d’arnaques et des variations de prix x 10; si les autres pays listés étaient très faciles, je crois que l’Allemagne remporte le pompon: j’étais sur place une semaine pour le boulot, et après l’achat d’une carte sim dans un magasin de téléphonie, il fallait ensuite l’activer en ligne, puis imprimer un papier, le faire certifier à La Poste et l’envoyer, puis attendre l’activation! Un véritable parcours du combattant!

J’ai également testé le système du Pocket Wifi en France et au Japon, que j’ai trouvé très intéressant car l’on peut se faire envoyer l’appareil à notre premier hôtel et partir sur les routes avec, puis le renvoyer par La Poste en repartant. Parfois, des hébergements Airbnb proposent d’ailleurs ce système pour que vous puissiez avoir Internet partout avec vous.

Les inconvénients des cartes sims locales

Lorsque je m’expatrie dans un nouveau pays pour plus d’un mois, il est toujours plus facile pour moi d’acheter une carte sim locale, surtout si j’ai le temps de faire les démarches, mais ce n’est pas toujours la solution idéale et il y a quelques désavantages. Je continuerai de me procurer des cartes sim locales de manière régulière, mais cela ne convient pas forcément à tous les besoins et/ou à tous les voyageurs.

Voici quelques inconvénients de la carte sim locale à noter: comme je le précisais plus haut, les processus d’inscription et de résiliation sont parfois lourds et alambiqués, les prix sont parfois prohibitifs, les temps de recherches et d’attente dans les magasins de téléphonie sont longs… Il faut aussi savoir que, en utilisant une carte sim locale dès que je change de pays, je change de numéro de téléphone: il est donc impossible pour moi de donner un numéro à un proche, à un client ou à une administration, car il y a de fortes chances que j’en aurais changé quelques semaines plus tard. Cela mène à une autre importante problématique: je n’ai pas de numéro de téléphone stable à donner à ma banque et quand je dois faire un achat en ligne (billet d’avion, réservation d’hôtel, etc.), je ne peux pas recevoir le texto de vérification (ma solution actuelle est de mettre le numéro de téléphone de mon père et de l’appeler quand je fais un achat en ligne pour avoir le code du texto… je ne vous dis pas la logistique derrière cela, surtout avec le décalage horaire!). Autre problème, Whatsapp, qui est associé à mon numéro de téléphone argentin pour l’instant et ce depuis 3 ans… personne ne l’a repris, en espérant que ça dure!

J’achète souvent des cartes sim locales avec seulement de la data Internet, me disant que je peux toujours appeler par Skype en cas d’urgence (avec le crédit en plus que je rajoute sur mon compte Skype, je peux appeler des fixes et des portables). Sauf que si vous vous retrouvez en panne de voiture ou autre urgence, loin du réseau 4G ou Internet, votre carte sim locale ne vous servira pas à grand chose (histoire vécue!)

Enfin, si mes proches veulent me joindre en urgence et que je suis loin d’une connexion Internet, ils ne peuvent pas le faire et ce n’est pas du tout rassurant pour eux. Je me suis déjà retrouvée dans cette situation et cela n’aurait certes pas fait beaucoup de différence, mais j’étais loin du Wifi lorsque mon père a dû m’appeler pour le décès de ma maman et il a mis plusieurs heures à pouvoir me joindre. Je l’avais d’ailleurs prévenu quelques jours auparavant que je n’aurais peut-être pas Internet pendant une semaine au Paraguay et heureusement que j’avais du Wifi. Bref, je sais que si j’avais un numéro de téléphone stable, cela serait rassurant pour beaucoup de personnes, pour mes proches à l’étranger et pour moi pour gérer les urgences.

Dernier petit problème des cartes sims locales, même si ce n’est qu’anecdotique: si vous débarquez dans un nouveau pays en transports en commun (et pas à l’aéroport), comme c’est souvent mon cas, vous arrivez sans Internet et vous n’avez absolument aucune idée d’où vous allez. Si vous devez envoyer un petit texto à quelqu’un pour les prévenir de votre arrivée, vérifier votre localisation sur une carte ou autre, il est toujours bien d’avoir une solution avant d’acheter une carte sim locale!

Le cas spécifique de l’Union Européenne et du roaming

Comme vous le savez sans aucun doute, la fin des frais de roaming en Union Européenne a changé la donne pour voyage et téléphonie au sein de l’Union Européenne. Exit les factures salées et le fait de devoir surveiller à la seconde prêt sa consommation! Mais est-ce vraiment le cas? Dans une certaine mesure, c’est vrai, mais pensez à bien étudier votre contrat et ce qui est proposé par votre opérateur. Cela m’étonnerait que vous puissiez surfer de manière illimitée (en termes de data et dans le temps), grâce à votre forfait Français. Il y a toujours des limites, en terme de gigas, en terme de textos, d’appels et bien sûr en fonction du temps que vous passez hors de France. Etudiez bien votre contrat, le prix des appels à la minute et comparez-le avec le prix des cartes sim locales et des cartes sims internationales et vous pourriez être surpris. Et oui, il y a même des limites avec Free, sinon ce serait trop facile!

Comme je vous le disais un peu plus haut, je n’ai pas pour ma part de Forfait français et je vais étudier la question dans quelques semaines, puisque je vais être plus régulièrement en France, et je reviendrais vous dire ce qu’il en est plus en détails. Je vous laisse faire un comparatif entre la carte sim internationale testée ci-dessous et votre opérateur et vous verrez immédiatement les économies possibles!

J’ai testé la carte sim internationale Explod en voyage

Lorsque Explod m’a contactée pour tester sa carte sim internationale, je n’ai pas hésité une seule seconde. Quoi de mieux que de tester soi-même un produit pour en avoir le coeur net et faire un comparatif?! J’étais alors en Bosnie avec une carte sim locale et en appartement avec Wifi et je n’en avais donc pas vraiment l’utilité, mais je prévoyais mon voyage à venir en itinérance dans les Balkans: direction le Monténégro et la Croatie, le premier n’étant pas dans l’Union Européenne. Parfait!

Test de la carte sim internationale en voyage au Monténégro, dans la Baie de Kotor

J’ai choisi la formule avec une nouvelle carte sim et un forfait de 35€, ce qui me paraissait amplement suffisant pour une semaine au Monténégro et j’ai passé commande. La carte sim a malheureusement mis un mois tout pile à arriver, mais prenez en compte que j’étais en Bosnie et que les services postaux n’y sont pas forcément très rapides. Vous recevrez la carte en quelques jours. J’ai donc reçu une lettre d’explication et la carte sim.

Test de la carte sim internationale en voyage au Monténégro, dans la Baie de Kotor

J’ai quitté la Bosnie dans un mini-bus tout brinquebalant. Il n’y avait pas de Wifi à bord. Juste après la frontière, je devais changer de bus à la station d’Herceg Novi pour Kotor. Jusque-là, pas de problème. Il n’y avait pas non plus de Wifi à la station de bus. Classique! Le problème était que je devais m’arrêter avant Kotor, plus ou moins au milieu de nulle part, que je n’avais aucune idée d’où exactement et que surtout, je devais tenir au courant mon hôte Airbnb de mon heure d’arrivée. Sans Wifi, c’était compliqué. D’où l’utilité de la carte sim internationale lors de ce voyage, avant de retrouver le Wifi de l’appartement ou d’acheter une carte sim locale.

Test de la carte sim internationale en voyage au Monténégro, dans la Baie de Kotor

Dans le second bus, j’ai inséré la carte sim et fait la manipulation précisée sur la lettre et j’étais connectée en deux secondes. J’ai pu alors envoyer un texto à mon hôte pour le tenir au courant de mon avancée, mais également suivre mon avancée sur le GPS de Google Maps et descendre au bon endroit. Oui, je sais, j’aurais pu demander au chauffeur de bus de m’indiquer où descendre (ce que j’ai fait en précaution supplémentaire), mais je ne compte plus le nombre de fois où les chauffeurs m’ont oubliée et m’ont déposée trop loin (une fois, on m’a même fait descendre sur une autoroute!!!) et j’aurais également pu utiliser le GPS de Maps.me, mon application de carte hors ligne favorite, mais mon téléphone se fait vieux et le GPS est un peu fou. Au moins, pas de stress, je suis arrivée à bon port, sans faire attendre mon hôte trop longtemps.

Le reste de la semaine, j’ai utilisé une partie de mon forfait pour utiliser Internet à l’extérieur (surtout pour les cartes) et j’avais la sérénité d’esprit d’être joignable facilement par mes proches et de pouvoir passer un appel sur place si besoin ou bien de téléphoner à l’étranger à moindre coût, pour pouvoir joindre un client ou ma grand-mère si besoin. J’avoue que cette tranquillité d’esprit n’a pas de prix!

La carte sim internationale Explod en pratique

J’avoue m’être souvent demandée quelle était l’utilité d’une carte sim internationale avec toutes les autres options à disposition, mais le bas prix, la tranquillité d’esprit, la facilité et la praticité de la carte sim internationale m’ont immédiatement convaincue. Aujourd’hui, pour ma vie de nomade digitale, je pense utiliser un combiné d’options pour ne jamais stresser: un forfait pas cher Français, à utiliser en France et pour les courts séjours en Europe, une carte sim internationale pour mes voyages un peu plus longs en Union Européenne, les courts séjours dans le monde entier et les urgences téléphoniques, ainsi que pour avoir un numéro stable sur lequel je suis en permanence joignable et enfin, une carte sim locale pour la data lorsque je reste longtemps dans un pays. Il faudrait tout de même que j’étudie l’option du forfait international. Toutefois, ce jonglage nécessiterait bien un de ces téléphones où l’on peut insérer deux cartes sims!

L’avantage est que j’ai déjà ma carte sim internationale et que je n’ai plus besoin d’en acheter. Il me reste également le crédit déjà acheté, car oui, la carte sim et le crédit que vous achetez sont valables de manière illimitée dans le temps dans les pays couverts dans le monde entier! C’est idéal, car on n’a plus trop à se poser de questions pour un prochain voyage. Il suffit de ré-insérer la carte sim et c’est reparti!

Autre avantage, c’est que vous achetez un crédit fixe sous forme de carte prépayée et que vous pouvez contrôler vos dépenses en ligne. On peut ainsi faire le suivi de son compte de manière très facile sur son compte sur le site Explod. Le crédit dépensé est affiché en temps réel, ainsi que le format, le lieu et le prix que cela a coûté. Impossible donc de faire du hors-forfait en voyage et de se retrouver avec des factures de centaines d’euros. Je ne vous cache pas que la data Internet coûte plus cher qu’une carte sim locale, mais en n’utilisant que Google Maps et en cas d’urgence, cela consomme assez peu. Les prix avantageux se retrouvent surtout sur les appels à l’étranger, sur les textos et sur le fait qu’il est gratuit de recevoir des appels sur le numéro. Attention, le numéro dont vous allez disposer est un numéro anglais (+44), alors pensez à faire vérifier à vos proches les tarifs d’appel pour eux vers un numéro anglais, avant que votre grand-mère vous appelle pendant des heures!

Test de la carte sim internationale en voyage au Monténégro, dans la Baie de Kotor

Il existe différents forfaits et vous pouvez facilement recharger votre carte sim internationale en ligne, une fois que vous avez épuisé votre forfait. Il n’y aucun abonnement non plus, donc vous ne vous perdrez pas dans les démarches de résiliation, si vous ne souhaitez plus utiliser la carte sim internationale. Vous pouvez également écouter vos messages et faire un transfert d’appel. Pour plus d’informations sur tous les avantages et les tarifs, je vous invite à lire cette page sur leurs tarifs et le fonctionnement et pour plus d’informations sur l’utilisation, c’est par ici. Pensez à bien lire le guide d’utilisation avant de vous lancer, pour ne rater aucune fonctionnalité importante.

Test de la carte sim internationale en voyage au Monténégro, dans la Baie de Kotor

Pour quel voyageur est la carte sim internationale?

La carte sim internationale est selon moi avantageuse pour tous les nomades digitaux et voyageurs à durée indéterminée qui cherchent à avoir un seul et unique numéro de téléphone, pour des raisons personnelles ou professionnelles, pour ceux qui veulent se simplifier la vie et gérer les urgences en toute tranquillité, pour les plus courts séjours, pour les moments en transit et en complément d’autres solutions.

C’est aussi une très bonne solution pour ceux qui enchaînent les pays rapidement et pour qui acheter une carte sim locale n’a pas grand sens. Cela leur permettra au moins de gérer l’aspect organisationnel plus facilement.

Test de la carte sim internationale en voyage au Monténégro, dans la Baie de Kotor

C’est également une très bonne solution pour les voyageurs réguliers, pour rester joignable, pour passer des appels à moindre coût et gérer tout le plan organisationnel sans stress, lorsqu’il sont loins du Wifi ou dans un pays, où le Wifi est plus difficilement accessible.

Pour conclure, je suis convaincue et je garde précieusement ma carte sim pour pouvoir la réutiliser lors d’un prochain voyage. Je suis en UE pour les mois à venir, mais je sais maintenant que j’ai une solution durable et pas cher en cas d’urgence, pour ma tranquillité d’esprit, et mon organisation.

Et vous, comment gérez-vous vos appels et votre connexion Internet depuis l’étranger? Racontez-moi tout vos secrets, il y a sans doute une option que je ne connais pas encore!

J’ai été contactée par Explod pour tester leur option de carte sim internationale et j’ai été rémunérée pour ce projet. Cependant, comme toujours, toutes opinions et photographies me sont propres.


Partage et épingle cet article sur Pinterest:

Opt In Image
Abonne-toi à la Newsletter
Ne manque jamais les nouveaux articles et les actualités du blog