La ville d’Okayama au Japon est la capitale de la préfecture du même nom et se trouve dans la région de Chugoku au sud du Japon. Situées entre Osaka et Hiroshima, la ville et la préfecture d’Okayama sont souvent oubliées des touristes, à tort. On change de train à Okayama, on traverse la ville en Shinkansen, sans même imaginer les possibles que peut offrir la région. Pourtant, c’est une ville et une région qui méritent le détour, pour au moins quelques jours. Au-delà des incontournables d’un voyage au Japon, Okayama est une ville parfaite pour ralentir le rythme, vivre le Japon plus lentement et mieux le comprendre hors des clichés touristiques et des lieux envahis par un très grand nombre de visiteurs. C’est aussi une ville pour découvrir la ruralité japonaise et avoir un aperçu de la beauté de la campagne japonaise. Okayama est une ville où il fait bon vivre, où il fait bon ralentir et où il fait bon s’imprégner, le temps de quelques jours, d’une autre atmosphère paisible et joyeuse.

Koraku-en, le jardin japonais à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Aussi étrange que cela puisse paraître, c’était la deuxième fois que je me rendais dans la préfecture d’Okayama, puisque je m’y étais arrêtée pour faire du volontariat et découvrir la campagne japonaise lors de mon tour du monde et de mon premier voyage au Japon. Je ne connaissais pas la ville d’Okayama et j’y avais simplement changé de train, mais j’avais passé 10 jours dans le coin, à travailler dans les champs et au marché d’un petit village et j’avais également visité Kurashiki. C’est donc avec grand plaisir que j’y suis retournée, pour apprendre à mieux connaître celle qui, la première, m’avait fait découvrir la beauté unique de la campagne japonaise. Okayama, c’est l’endroit parfait pour les voyageurs rêveurs, qui ont envie de souffler après la folie des grandes villes japonaises. Et c’est pour cela que j’ai adoré mon séjour là-bas!

La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Okayama était la première étape de ce voyage au Japon et j’ai débarqué vers midi dans la petite ville de Kurashiki, après un long voyage, peu de sommeil et en jetlag complet. Cela ne m’a pas empêché d’apprécier mes trois jours sur place, avant de partir pour Kobe.

Que faire et que visiter dans la préfecture d’Okayama?

Découvrir la ville d’Okayama

Okayama est une ville provinciale et tranquille qui mérite de s’y arrêter au moins pour une journée, voire même pour plusieurs, afin de pouvoir faire des excursions aux alentours à la journée, vers par exemple Naoshima, Shodoshima, Shikoku, Kurashiki, Kojima, etc… Côté transports, la ville d’Okayama est très bien desservie, avec notamment la ligne Sanyo du Shinkansen, qui vous emmène d’Osaka à Fukoaka et il serait donc bien dommage de ne pas s’y arrêter.

Koraku-en, le jardin japonais à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

La préfecture d’Okayama est également connue pour être la plus ensoleillée du Japon, avec un nombre de jours de pluie moins grand qu’ailleurs. J’avoue ne pas avoir trop pu vérifier ce fait, car décembre n’est pas forcément propice, mais même s’il a fait gris et froid, il n’a certainement pas plu. Okayama est aussi connue pour le célèbre conte de Momotaro, ce garçon né dans une pêche. Pour en savoir plus sur Momotaro, c’est par ici. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard, car la région est connue pour sa production de pêches savoureuses. Même si ce n’était pas la saison cette fois-ci, je me souviens très bien des sucreries à base de pêche que nous fabriquions en volontariat à la ferme au Japon.

Si le centre-ville en lui-même ne recèle pas de nombreux lieux touristiques, la ville d’Okayama est plus particulièrement connue pour son château et son parc. Les deux sites sont des immanquables à Okayama et j’ai beaucoup aimé les découvrir.

Visiter le Koraku-en, le jardin japonais d’Okayama

Koraku-en, le jardin japonais à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Le Koraku-en est le jardin japonais d’Okayama. Il a été construit en 1700 et s’étend sur une surface de plus de 13 hectares. Il fait partie de la fameuse liste des Trois plus beaux jardins du Japon, aux côtés de ceux de Kanazawa et de Mito et il est très connu des touristes japonais. Ne connaissant pas les autres et appréciant toujours les visites zen des jardins japonais, j’étais très curieuse de découvrir le Koraku-en à Okayama. Autant dire que je n’ai pas été déçue et que même si je préfère l’atmosphère intimiste de petits jardins japonais, comme le Soraku-en à Kobe, j’ai adoré ma promenade dans cet immense jardin, entre ombres et lumière, entres nuages et soleil. L’hiver n’est sans doute pas la meilleure saison pour venir découvrir le jardin, mais j’imagine très bien que cela doit être splendide en pleine saison de sakura ou de Momiji!

Koraku-en, le jardin japonais à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Koraku-en, le jardin japonais à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Malgré l’aspect un peu jauni et un peu nu du jardin en hiver, j’ai adoré m’y perdre et découvrir tous ses recoins et ses différentes atmosphères, au rythme du ballet du soleil et des nuages. Nous étions le week-end, mais il n’y avait pas tant de monde que cela et j’ai pu apprécier la poésie des lieux, sans être dérangée, en haut des collines, près de l’étang, dans la forêt de bambou, près des pavillons de thé, près des Momiji et des pruniers ou dans des recoins secrets. Il y a même une rizière, une plantation de thé et un petit théâtre No, alors n’hésitez pas à prendre votre temps pour contempler, photographier et savourer l’art de la nature à la japonaise. C’est évidemment un endroit très prisé pour les photos de mariage!

Koraku-en, le jardin japonais à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Koraku-en, le jardin japonais à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Il y a également de superbes grues sacrées, malheureusement en cage, mais qui sont lâchées dans le parc une fois par mois. Un rendez-vous à ne pas manquer si vous êtes en ville!

Koraku-en, le jardin japonais à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Koraku-en, le jardin japonais à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Koraku-en, le jardin japonais à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Il y a enfin de très jolis points de vue sur le Château d’Okayama, situé à deux pas du parc, en traversant un pont et la rivière Asahi.

Koraku-en, le jardin japonais à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Prix d’entrée: 400 yens pour le jardin seul / 560 yens pour le ticket combiné avec le château

Pour plus d’informations sur le Koraku-en, c’est par ici.

Le Château d’Okayama, le U-Jo

Château d'Okayama, le U-Jo, le château noir - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaiseSurnommé « Château des corbeaux », le Château d’Okayama, le U-Jō a été construit en 1573 par Naoie Ukia. Sa particularité est d’être recouvert de tuiles noires, alors que les châteaux japonais sont généralement blancs. Rien que pour cela, il vaut absolument le détour! Il a été détruit pendant la Seconde Guerre mondiale et reconstruit en 1966 en béton armé.

Comme c’est le cas avec de nombreux châteaux japonais, à l’exception du château d’Himeji, la visite de l’intérieur du château n’est pas vraiment nécessaire, car l’intérieur n’a rien d’authentique ou d’original et les éléments exposés sont assez peu passionnants. Toutefois, si comme moi, vous aimez voir les points de vue sur une ville pour mieux la comprendre, n’hésitez pas à monter. Vous pourrez découvrir une jolie vue sur la ville et le jardin, mais vous pourrez également apercevoir les gargouilles dorées en forme de poisson (shachihoko), témoins d’un passé plus « doré », où le château était également orné de tuiles dorées et avait le surnom de « Château du corbeau doré ».

Château d'Okayama, le U-Jo, le château noir - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Château d'Okayama, le U-Jo, le château noir - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

C’est d’ailleurs en montant ainsi en hauteur, que l’on se rend compte à quel point Okayama peut être rurale. A l’inverse de nombreuses villes japonaises, l’on aperçoit au loin la campagne, les montagnes et tout simplement la verdure. Pour une fois, ce n’est pas la ville à perte de vue, mais bien la nature qui s’invite en ville et aux environs. Je l’avais d’ailleurs déjà remarqué dans le train, en quittant Osaka et Kobe. On aperçoit des collines rougeoyantes, on passe dans les tunnels dans les montagnes, on observe des villages au milieu de nulle part. Le Japon n’est pas forcément toujours synonyme de grande ville et il est facile de s’en rendre compte dans la région!Château d'Okayama, le U-Jo, le château noir - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Découvrir la campagne japonaise et les temples autour d’Okayama à vélo: 17 km dans la Plaine de Kibi

Itinéraire à vélo dans la Plaine de Kibi - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Lorsque je me suis mise à faire la liste des choses à faire à Okayama et dans la préfecture, je me suis rendue compte que je n’aurais jamais le temps d’en faire le tour en trois jours et j’ai donc dû faire des choix. Cela n’est pas grave, car cela signifie que je pourrais revenir avec plaisir, mais je voulais absolument faire cette promenade à vélo dans la plaine de Kibi.

Itinéraire à vélo dans la Plaine de Kibi - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Vous me connaissez bien maintenant, je ne démords pas souvent de mes idées saugrenues, surtout lorsque cela signifie un grand bol d’air frais, malgré des conditions météo douteuses. C’est comme cela que je me suis retrouvée à faire plus de 20km à vélo par une froide journée d’hiver, face au vent tout le long du trajet. C’était du sport, c’était intense, mais je ne regrette pas cette sortie, car c’est l’une des activités que j’ai préférées lors de ce quatrième voyage au Japon!

Itinéraire à vélo dans la Plaine de Kibi - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Le quartier de Kibiji est la partie située au nord-est de la ville d’Okayama, jusqu’à Soja. C’est justement le trajet de cet itinéraire à vélo que j’ai effectué, depuis la station de Bizen-Ichinomiya à la station de Soja. On se rend très facilement à la station de train (attention, il y a peu de trains par heure, alors n’oubliez pas de vérifier les horaires avant de vous lancer) et le parcours peut être fait dans un sens ou dans l’autre, en sachant que vous pouvez choisir de faire l’aller-retour, de louer un vélo pour seulement quelques heures, ou de le faire en aller-simple dans un sens ou dans l’autre, en déposant le vélo à l’une ou l’autre station. C’est très pratique et j’ai été surprise de trouver les boutiques de location de vélo (juste à côté de la gare) ouvertes par ce froid samedi d’hiver. C’est une activité plutôt connue des touristes japonais, mais je vous la recommande vraiment, si vous voulez découvrir la campagne japonaise, visiter de beaux temples et prendre un bol d’air et de nature.

Itinéraire à vélo dans la Plaine de Kibi - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Aaaaah faire du vélo sur les chemins plats d’Asie… c’est toujours un régal et le Japon ne fait pas exception. Il y a quelque chose d’absolument fabuleux dans une balade à travers rizières et champs, dans des petits villages à la rencontre d’un Japon méconnu. Ce serait presque un voyage dans le temps si l’on ne croisait pas quelques routes et autoroutes. L’eau est bien sûr aussi très présente sur ce parcours, pour alimenter les rizières que vous traverserez.

Itinéraire à vélo dans la Plaine de Kibi - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Itinéraire à vélo dans la Plaine de Kibi - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Itinéraire à vélo dans la Plaine de Kibi - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Cet itinéraire est l’occasion de découvrir les sanctuaires de Kibitsushiko, de Kibitsu, le temple Bitchu-Kokubunji et sa pagode ou encore les tumulus de Tsukuriyama et d’autres plus petits sanctuaires et temples. Il y a de quoi s’occuper, à pied ou à vélo et j’ai personnellement adoré me perdre seule dans les rizières, face au vent. Les temples étaient vraiment très jolis et il est toujours plus satisfaisant de visiter différents sites à vélo ou à pied, qu’en voiture ou en transports. Je ne vous cache pas que les derniers 4km face au vent et à la tombée du jour ont été les plus durs, mais je ne regrette rien, car c’est selon moi un incontournable à faire à Okayama.

Itinéraire à vélo dans la Plaine de Kibi - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Itinéraire à vélo dans la Plaine de Kibi - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Itinéraire à vélo dans la Plaine de Kibi - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Itinéraire à vélo dans la Plaine de Kibi - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Itinéraire à vélo dans la Plaine de Kibi - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Informations pratiques pour cet itinéraire à vélo: la location de vélo coûte 1000 yens pour l’aller simple. Le magasin de location de vélo se trouve juste à droite en sortant de la station Bizen-Ichinomiya. Ils ne parlent pas anglais, mais ils vous expliqueront ce qu’ils peuvent par langage des signes et grâce au plan. Gardez bien le reçu qu’ils vous donneront pour le donner au magasin à Soja en rendant le vélo. Le plan qu’ils vous donnent est plutôt inutile, alors pensez-bien à suivre les panneaux le long de la route. Je me suis perdue une fois, car je n’ai pas fait attention et qu’il y a beaucoup de chemins entre les rizières, mais j’ai pu facilement rattraper le coup avec l’application Maps.me, sur laquelle tous les chemins sont marqués. Le trajet se fait en deux à quatre heures, en fonction de votre vitesse, du vent et du temps passé sur les sites. Vous pouvez également faire le circuit à pied si vous disposez d’une journée. Pensez à prévoir des snacks et de l’eau, car il n’y a rien sur le trajet, à moins de faire un détour.

Itinéraire à vélo dans la Plaine de Kibi - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

La ville de Kurashiki et son quartier traditionnel, le Bikan

La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Kurashiki est l’un des lieux que je connaissais déjà lors de ce voyage et c’est également là où j’ai débuté ce voyage de 10 jours au Japon. Je me souviens encore de cette belle journée d’été, où je devais distribuer des prospectus à l’entrée du marché, en répétant une phrase en japonais. Le volontariat mène vraiment à tout. En arrivant ce jour-là à Kurashiki, l’atmosphère était bien différente.

La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Après avoir déposé mes bagages et rencontré mon accompagnatrice pour ce séjour, nous partons ensemble à l’assaut des rues de Kurashiki. Elle me dit, un peu résignée, en contemplant la grisaille des rues: « C’est un peu triste ici l’hiver. » Je hoche la tête, mais je perçois déjà autre chose dans cette journée hivernale. Il  y a de la poésie dans ces arbres nus, dans la grisaille du ciel, dans ce froid qui enveloppe les passants d’écharpes et de bonnets et dans les tapis de feuilles rouges, souvenirs des semaines glorieuses des Momiji. Il y a de la poésie dans le froid qui balaye les ruelles, dans le vent qui fait voler mes cheveux, dans les gouttes d’eau qui parent les branches nues et dans les feuilles colorées qui s’accrochent encore vaillamment aux arbres, ultimes résistantes de l’automne déjà enfui. Il y a de la beauté dans les tons gris sur gris, dans le souvenir de l’automne et dans la possibilité du printemps. Tout s’est défait et le passé n’est plus, tout est à refaire et à reconstruire; les arbres doivent se parer de fleurs et de feuilles, la nature et le temps vaincront et, après cette pause hivernale, ils renaîtront de leurs cendres et de leur grisaille. Il y a de la poésie à l’hiver et je m’en suis rendue compte pour la première fois en battant le pavé de Kurashiki. 1-0 pour l’hiver. La fille de l’été sourit. Je prends une grande bouffée d’air glacial. Je n’ai pas dormi depuis 24h, mais le froid me saisit, le vent me réveille et je savoure l’instant présent, là, tout simplement dans cette poésie hivernale.

La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Dans le sanctuaire sur les hauteurs de la ville, des fruits jaunes ornent les murs et le béton, comme une offrande de couleur à l’hiver. Mon amie pour ce voyage part poser des questions à un travailleur du temple et je savoure quelques instants volés de solitude, dans la sérénité du sanctuaire et de son parc. Je touche, une feuille, un tronc, une roche. Je photographie les couleurs et la grisaille. Je souris. Je suis de retour au Japon.

La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Dans le quartier du Bikan, le long du canal, nous découvrons la beauté de ce quartier traditionnel, malgré l’hiver. Des vendeurs de bijoux font quelques affaires au sol, alors que deux touristes font des selfies devant le canal. Les guides désoeuvrés, en habits et chapeaux traditionnels papotent sur le pont. Je m’assois sur un banc et je contemple le spectacle d’une journée de tourisme tranquille, où les passants errent entre les jolis boutiques et le canal, visiteurs dans une Japon ancien et traditionnel qui renaît de ces quelques touches de poésie.

La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Le Kurashiki Ivy Square est un joli lieu reconstruit dans une ancienne usine désaffectée. Le lieu, même sans sa parure de lierre, est d’une grandeur imposante. L’absence de lierres et de feuilles le rendrait presque plus majestueux.

La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Dans le jardin japonais du musée Ohara, je saute de pierre en pierre, à la chasse aux Momiji tombés au sol et je retrouve le temps de quelques instants mon âme d’enfant.

Toutes ces émotions, couplées au décalage horaire et à la fatigue du voyage auront eu raison de moi et à 16h, je m’écroule dans mon lit pour une lourde nuit de sommeil. A 4h du matin, je me réveille et sors acheter à manger pour le petit-déjeuner. Après avoir mangé un peu et la chaleur réconfortante d’un bain, je regarde par la fenêtre, la nuit, le vide, le froid d’une ville qui semblerait presque futuriste ou apocalyptique. L’espace de quelques instants, je me croirais presque être Scarlett Johansson dans Lost in Translation. Le soleil se lève et ramène avec lui la réalité. Une autre journée de découverte m’attend au Japon…

La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Que faire et que visiter à Kurashiki?

  • Le quartier traditionnel Bikan à Kurashiki: c’est l’attraction principale de Kurashiki et il est vrai que ce quartier traditionnel est charmant. L’architecture du lieu a été bien restaurée; en saison des bateaux se promènent sur le canal bordé de saule pleureurs; et il y a de nombreuses boutiques de poterie et d’artisanat et des musées qui se sont installés dans les anciens entrepôts le long du canal. Les poteaux électriques ont même été enterrés, pour ne pas gâcher le paysage. Cela a une petite tendance à la Disneyification, mais sans les gadgets touristiques flashy, et cela reste donc très mignon.

La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

  • Kurashiki Ivy Square: c’est un lieu très photogénique à découvrir, restauré dans une ancienne usine.
  • Le sanctuaire Achi: situé sur les hauteurs de la ville, le sanctuaire vaut vraiment le détour, notamment pour la vue. Et oui, il va falloir monter quelques marches!

La ville de Kurashiki et le quartier traditionnel Bikan - La campagne japonaise à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

  • Le musée d’art Ohara: c’est un musée dans lequel vous pourrez contempler de nombreuses oeuvres impressionnistes européennes, notamment Monet, Matisse, Picasso, Cézanne… Ce sont des oeuvres inédites et étant très intéressée par cette époque, j’ai beaucoup apprécié la visite, d’autant que les dernières salles sont consacrées à l’art japonais contemporain, inspiré ou non des oeuvres européennes et le parallèle est fascinant. Il est d’ailleurs très intéressant de découvrir l’art japonais sous un autre angle que l’angle traditionnel. L’entrée coûte 1300 yens.

Kojima Jeans Street

Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Pour mon dernier jour dans la préfecture d’Okayama, je me suis dirigée vers le quartier de Kojima, juste avant le pont pour Shikoku. Un dimanche d’hiver, on découvre une ville de banlieue un peu déserte, un peu industrielle et presque sans charme. Mais c’est pour cela que j’aime marcher, même dans les quartiers les plus austères, pour avoir la chance de découvrir les secrets d’un endroit ou même un joli recoin.

Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Je ne suis tout de même pas venue au hasard à Kojima, car j’avais entendu parler de la particularité du quartier de Kojima Jeans Street. Capitale du jean du Japon, la ville a été entièrement customisée sur le thème des jeans, jusqu’au distributeurs de boisson et aux casiers de la gare. Il y a plus de 30 boutiques de jeans et d’objets en jeans, d’artisans ou de plus grosses entreprises. J’ai pris grand plaisir à découvrir les boutiques et à discuter avec certains artisans (mieux vaut avoir un ami japonais pour faire la traduction), notamment sur le processus de fabrication des jeans, les teintures naturelles ou non, etc. Attention, si vous êtes grand format ou pas taillé comme un japonais, vous ne pourrez peut-être pas trouvé jean à vos jambes… mais si oui, il y a de fortes chances que vous trouviez la coupe originale parfaite pour vous! Amateurs de mode et de jeans, c’est un endroit sympa et insolite à découvrir dans la préfecture d’Okayama.

Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Il y a également un musée du jeans situé un peu plus loin, le Betty Smith Jeans Museum. Il y a plusieurs salles à explorer, ainsi que l’usine en semaine, mais attention, toutes les explications sont en japonais. Un prospectus vous guidera tout de même en anglais dans votre visite gratuite. Il est également possible de customiser votre jean à votre goût, si le coeur vous en dit! Betty Smith est également une marque de jeans sur mesure et à l’origine de Eco-Betty, une marque qui recycle les jeans. Vu mon usage de jeans, c’est rassurant. Il est d’ailleurs même possible de faire réparer sa paire de jeans à l’atelier!

Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

La Maison Nozakike est également un site à ne pas manquer en passant à Kojima. Il s’agit d’une immense maison traditionnelle de marchands de sel, dont le jardin, les cuisines, les entrepôts, le musée sur le sel et les grandes pièces vous raviront sans aucun doute. Une manière de découvrir comment les riches marchants vivaient il y a 200 ans au Japon. J’ai été charmée par le jardin, qui est vraiment original.

Kojima Jeans Street à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Washuzan et le pont Seto Ohashi

Washuzan et le pont Seto Ohashi - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Le Mont Washu, le Washuzan, situé dans le parc national Setonaikai est l’un des meilleurs endroits pour contempler la mer intérieure du Japon et avoir une superbe vue sur le pont Seto Ohashi qui relie Honshu à l’île de Shikoku. C’est également un excellent point de vue au coucher du soleil!

Washuzan et le pont Seto Ohashi - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Le circuit en bus depuis la gare de Kojima est déjà spectaculaire, circulant entre les petits villages de pêcheurs et les collines. Il s’agit ensuite d’escalader la colline et on est récompensé par une superbe vue. J’ai passé plus d’une heure en contemplation, malgré le froid, en attendant le coucher du soleil. En hiver, il n’est pas si spectaculaire, mais j’ai tout de même savouré le spectacle. Les petites îles au loin, Shikoku, le pont… tout cela m’a rappelé les paysages que j’avais traversé en allant du Japon à la Chine en ferry.

Washuzan et le pont Seto Ohashi - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Washuzan et le pont Seto Ohashi - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Washuzan et le pont Seto Ohashi - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise Washuzan et le pont Seto Ohashi - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

C’est un peu loin, mais si vous aimez les points de vue et les couchers de soleil, cela vaut le détour! Et puis, s’il fait beau et chaud, il y a une randonnée à faire depuis Kojima jusqu’à ce point de vue, vous permettant aussi d’aller explorer le village de pêcheur avant de rentrer en bus.

Washuzan et le pont Seto Ohashi - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Si vous souhaitez découvrir le côté plus traditionnel d’Okayama, je vous invite à lire l’article de mon amie Sarah: Découvrir un Japon traditionnel avec 5 lieux à visiter à Okayama

Mes bonnes adresses dans la Préfecture d’Okayama

Voici quelques bonnes adresses à découvrir dans la préfecture d’Okayama:

  • Kuku est un adorable petit restaurant de curry à Kurashiki. Le curry végétarien à l’aubergine est très bon.

Mes bonnes adresses à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

  • Faites une réservation au restaurant de l’hôtel Granvia près de la station d’Okayama, pour déguster la spécialité locale Kakushizushi, un plat de sushis délicieux, complet, avec une petite originalité secrète que je vous laissez découvrir.

Mes bonnes adresses à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

  • A Kojima, nous avons trouvé un petit restaurant au hasard près de la station, qui proposait un superbe menu de déjeuner! N’hésitez pas à pousser les portes de petits endroits discrets. On est souvent merveilleusement surpris.

Mes bonnes adresses à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

Où dormir dans la préfecture d’Okayama?

Encore une fois, j’ai privilégié la praticité d’hôtels près de la gare plutôt que des adresses spécifiques. Il s’agit d’hôtels d’affaire haut de gamme très confortables:

Mes bonnes adresses à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

  • J’ai dormi deux nuits à Okayama, à l’hôtel Granvia, qui est également très confortable.

Mes bonnes adresses à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

J’ai dormi une nuit près de l’aéroport d’Osaka, avant de prendre mon vol de retour à l’hôtel Nikko, qui était très bien et très confortable.

Un voyage avec le JR West-Rail Pass dans la région de Setouchi

Pour la première fois lors d’un voyage au Japon, j’ai utilisé un JR Pass. Je n’ai pas choisi le JR Pass classique qui ne me convenait pas, mais deux pass de 5 jours, JR West-Rail Pass. Les deux différences majeures sont que l’on ne peut pas réserver ses trajets de shinkansen (mais bon, je n’ai jamais eu aucun souci à m’asseoir, même à l’heure de pointe et il y en a très souvent) et que l’on peut prendre le train Nozomi. C’est la première fois que je prenais le Shinkansen et bien évidemment la première fois dans le Nozomi. J’étais ravie! Un pass de 5 jours coûtait environ 100 euros, ce qui est une bonne affaire si vous comptez beaucoup bouger!

Infos pratiques: j’ai réservé mes pass auprès d’une agence de voyage à Paris et j’ai récupéré les coupons chez eux, mais j’ai ensuite échangé mes coupons sur place à l’aéroport d’Osaka et à Sannomiya à Kobe. J’ai pu les utiliser sur tous les trains que j’ai pris, mais également sur le ferry allant à Miyajima.

Je suis restée sur place 10 jours, mais ces trois endroits (Kobe, Okayama et Miyajima) se combineraient très facilement sur un voyage de 15 jours, avec en plus peut-être Hiroshima, Himeji ou Osaka en fonction de vos préférences. C’est un voyage qui mêle bien lieux incontournables et lieux hors des sentiers battus, pour découvrir un Japon différent, au-delà de nos imaginaires.

Que faire et que visiter au Japon?

Si vous aimez ma vision du voyage au Japon, que vous souhaitez découvrir des destinations hors des sentiers battus et authentiques, que vous voulez découvrir des coins de campagne japonaise uniques ou que vous souhaitez intégrer le slow travel dans votre voyage au Japon, je vous conseille mes articles suivants:

Alors tentés par la découverte d’Okayama, une ville au coeur de la campagne japonaise?

Mes bonnes adresses à Okayama - Visiter Okayama au Japon, une ville au coeur de la campagne japonaise

J’ai été l’invitée de la préfecture d’Okayama pour ce voyage. Cependant, toutes photographies et opinions me sont propres.


Partage et épingle cet article sur Pinterest:

Opt In Image
Abonne-toi à la Newsletter
Ne manque jamais les nouveaux articles et les actualités du blog